F.10. Utilisation du mode de secours

Le mode de secours du programme d'installation est un environnement Linux minimal qui peut être démarré à partir du DVD Red Hat Enterprise Linux ou d'un autre support de démarrage. Il contient des utilitaires de ligne de commande permettant de réparer une grande variété de problèmes. Le mode de secours est accessible à partir du menu Troubleshooting du menu de démarrage. Dans ce mode, vous pouvez monter des systèmes de fichiers en lecture seule, mettre sur liste noire ou ajouter un pilote fourni sur un disque de pilotes, installer ou mettre à niveau des paquets système ou gérer des partitions.

Note

Le mode de secours du programme d'installation est différent du mode de secours (équivalent au mode mono-utilisateur) et du mode d'urgence, qui sont fournis dans le cadre du système systemd et du gestionnaire de services.

Pour démarrer en mode de secours, vous devez être en mesure de démarrer le système à l'aide de l'un des supports de démarrage de Red Hat Enterprise Linux, tels qu'un disque de démarrage minimal ou une clé USB, ou encore un DVD d'installation complète.

Important

Le stockage avancé, tel que les périphériques iSCSI ou zFCP, doit être configuré soit en utilisant les options de démarrage dracut telles que rd.zfcp= ou root=iscsi: options , soit dans le fichier de configuration CMS sur IBM Z 64 bits. Il n'est pas possible de configurer ces périphériques de stockage de manière interactive après le démarrage en mode de secours. Pour plus d'informations sur les options de démarrage dracut, consultez la page de manuel dracut.cmdline(7).

F.10.1. Démarrage en mode de secours

Cette procédure décrit comment démarrer en mode de secours.

Procédure

  1. Démarrez le système à partir d'un support de démarrage minimal, d'un DVD d'installation complet ou d'une clé USB, et attendez que le menu de démarrage s'affiche.
  2. Dans le menu de démarrage, sélectionnez l'option Troubleshooting > Rescue a Red Hat Enterprise Linux system ou ajoutez l'option inst.rescue à la ligne de commande de démarrage. Pour entrer dans la ligne de commande de démarrage, appuyez sur la touche Tab sur les systèmes basés sur le BIOS ou sur la touche e sur les systèmes basés sur l'UEFI.
  3. Facultatif : si votre système nécessite un pilote tiers fourni sur un disque de pilotes pour démarrer, ajoutez le site inst.dd=driver_name à la ligne de commande de démarrage :

    inst.rescue inst.dd=driver_name
  4. Facultatif : Si un pilote faisant partie de la distribution Red Hat Enterprise Linux empêche le système de démarrer, ajoutez l'option modprobe.blacklist= à la ligne de commande de démarrage :

    inst.rescue modprobe.blacklist=driver_name
  5. Appuyez sur Entrée (systèmes basés sur le BIOS) ou sur Ctrl X (systèmes basés sur l'UEFI) pour démarrer l'option modifiée. Attendez que le message suivant s'affiche :

    The rescue environment will now attempt to find your Linux installation and mount it under the directory: /mnt/sysroot/. You can then make any changes required to your system. Choose 1 to proceed with this step. You can choose to mount your file systems read-only instead of read-write by choosing 2. If for some reason this process does not work choose 3 to skip directly to a shell.
    
    1) Continue
    2) Read-only mount
    3) Skip to shell
    4) Quit (Reboot)

    Si vous sélectionnez 1, le programme d'installation tente de monter votre système de fichiers sous le répertoire /mnt/sysroot/. Si le montage d'une partition échoue, vous en êtes averti. Si vous sélectionnez 2, le programme d'installation tente de monter votre système de fichiers sous le répertoire /mnt/sysroot/, mais en mode lecture seule. Si vous sélectionnez 3, votre système de fichiers n'est pas monté.

    Pour la racine du système, le programme d'installation prend en charge deux points de montage : /mnt/sysimage et /mnt/sysroot. Le chemin /mnt/sysroot est utilisé pour monter / du système cible. En général, la racine physique et la racine du système sont les mêmes, de sorte que /mnt/sysroot est attaché au même système de fichiers que /mnt/sysimage. Les seules exceptions sont les systèmes rpm-ostree, où la racine du système change en fonction du déploiement. Dans ce cas, /mnt/sysroot est rattaché à un sous-répertoire de /mnt/sysimage. Il est recommandé d'utiliser /mnt/sysroot pour le chroot.

  6. Sélectionnez 1 pour continuer. Une fois que votre système est en mode de secours, une invite apparaît sur VC (console virtuelle) 1 et VC 2. Utilisez la combinaison de touches Ctrl Alt F1 pour accéder à la VC 1 et Ctrl Alt F2 pour accéder à la VC 2 :

    sh-4.2#
  7. Même si votre système de fichiers est monté, la partition racine par défaut en mode de secours est une partition racine temporaire, et non la partition racine du système de fichiers utilisé en mode utilisateur normal (multi-user.target ou graphical.target). Si vous avez choisi de monter votre système de fichiers et que le montage s'est déroulé correctement, vous pouvez remplacer la partition racine de l'environnement du mode de secours par la partition racine de votre système de fichiers en exécutant la commande suivante :

    sh-4.2# chroot /mnt/sysroot

    Ceci est utile si vous devez exécuter des commandes, telles que rpm, qui nécessitent que votre partition racine soit montée en tant que /. Pour quitter l'environnement chroot, tapez exit pour revenir à l'invite.

  8. Si vous avez sélectionné 3, vous pouvez toujours essayer de monter manuellement une partition ou un volume logique LVM2 en mode de secours en créant un répertoire, tel que /directory/, et en tapant la commande suivante :

    sh-4.2# mount -t xfs /dev/mapper/VolGroup00-LogVol02 /directory

    Dans la commande ci-dessus, /directory/ est le répertoire que vous avez créé et /dev/mapper/VolGroup00-LogVol02 est le volume logique LVM2 que vous souhaitez monter. Si la partition est d'un type différent de XFS, remplacez la chaîne xfs par le type correct (ext4, par exemple).

  9. Si vous ne connaissez pas le nom de toutes les partitions physiques, utilisez la commande suivante pour les répertorier :

    sh-4.2# fdisk -l

    Si vous ne connaissez pas les noms de tous les volumes physiques, groupes de volumes ou volumes logiques de LVM2, utilisez les commandes pvdisplay, vgdisplay ou lvdisplay.

F.10.2. Utilisation d'un rapport SOS en mode sauvetage

L'utilitaire de ligne de commande sosreport collecte des informations de configuration et de diagnostic, telles que la version du noyau en cours d'exécution, les modules chargés et les fichiers de configuration du système et des services. La sortie de l'utilitaire est stockée dans une archive tar dans le répertoire /var/tmp/. L'utilitaire sosreport est utile pour l'analyse des erreurs système et le dépannage. Utilisez cette procédure pour capturer une sortie de sosreport en mode de secours.

Conditions préalables

  • Vous avez démarré en mode de secours.
  • Vous avez monté la partition du système installé / (root) en mode lecture-écriture.
  • Vous avez contacté l'assistance de Red Hat à propos de votre cas et avez reçu un numéro de dossier.

Procédure

  1. Remplacez le répertoire racine par le répertoire /mnt/sysroot/:

    sh-4.2# chroot /mnt/sysroot/
  2. Exécutez sosreport pour générer une archive contenant la configuration du système et les informations de diagnostic :

    sh-4.2# sosreport
    Important

    sosreport vous invite à saisir votre nom et le numéro de dossier que vous avez reçu de l'assistance Red Hat. Utilisez uniquement des lettres et des chiffres car l'ajout de l'un des caractères ou espaces suivants pourrait rendre le rapport inutilisable :

    # % & { } \ < > > * ? / $ ~ ' " : @ + ` | =

  3. Facultatif : si vous souhaitez transférer l'archive générée vers un nouvel emplacement en utilisant le réseau, il est nécessaire d'avoir une interface réseau configurée. Dans ce cas, utilisez l'adressage IP dynamique car aucune autre étape n'est nécessaire. Toutefois, si vous utilisez l'adressage statique, entrez la commande suivante pour attribuer une adresse IP (par exemple 10.13.153.64/23) à une interface réseau, par exemple dev eth0 :

    bash-4.2# ip addr add 10.13.153.64/23 dev eth0
  4. Quittez l'environnement chroot :

    sh-4.2# exit
  5. Stocker les archives générées dans un nouvel emplacement, d'où elles peuvent être facilement accessibles :

    sh-4.2# cp /mnt/sysroot/var/tmp/sosreport new_location
  6. Pour transférer l'archive via le réseau, utilisez l'utilitaire scp:

    sh-4.2# scp /mnt/sysroot/var/tmp/sosreport username@hostname:sosreport

F.10.3. Réinstallation du chargeur de démarrage GRUB2

Dans certains cas, le chargeur d'amorçage GRUB2 est supprimé par erreur, corrompu ou remplacé par d'autres systèmes d'exploitation. Cette procédure permet de réinstaller GRUB2 sur l'enregistrement d'amorçage principal (MBR) des systèmes AMD64 et Intel 64 avec BIOS, ou sur les variantes little-endian des systèmes IBM Power avec Open Firmware.

Conditions préalables

  • Vous avez démarré en mode de secours.
  • Vous avez monté la partition du système installé / (root) en mode lecture-écriture.
  • Vous avez monté le point de montage /boot en mode lecture-écriture.

Procédure

  1. Modifier la partition racine :

    sh-4.2# chroot /mnt/sysroot/
  2. Réinstallez le chargeur de démarrage GRUB2 à l'endroit où le périphérique install_device a été installé :

    sh-4.2# /sbin/grub2-install install_device
    Important

    L'exécution de la commande grub2-install peut entraîner le non-démarrage de la machine si toutes les conditions suivantes sont réunies :

    • Le système est un AMD64 ou un Intel 64 avec Extensible Firmware Interface (EFI).
    • Secure Boot est activé.

    Après avoir exécuté la commande grub2-install, vous ne pouvez pas démarrer les systèmes AMD64 ou Intel 64 dont l'interface EFI (Extensible Firmware Interface) et l'amorçage sécurisé sont activés. Ce problème survient parce que la commande grub2-install installe une image GRUB2 non signée qui démarre directement au lieu d'utiliser l'application shim. Lorsque le système démarre, l'application shim valide la signature de l'image qui, si elle n'est pas trouvée, ne démarre pas le système.

  3. Redémarrer le système.

F.10.4. Utilisation de RPM pour ajouter ou supprimer un pilote

Les pilotes manquants ou défectueux causent des problèmes lors du démarrage du système. Le mode Rescue fournit un environnement dans lequel vous pouvez ajouter ou supprimer un pilote même si le système ne démarre pas. Dans la mesure du possible, il est recommandé d'utiliser le gestionnaire de paquets RPM pour supprimer les pilotes défectueux ou pour ajouter des pilotes mis à jour ou manquants. Suivez les procédures suivantes pour ajouter ou supprimer un pilote.

Important

Lorsque vous installez un pilote à partir d'un disque de pilotes, ce dernier met à jour toutes les images initramfs du système pour qu'elles utilisent ce pilote. Si un problème avec un pilote empêche le système de démarrer, vous ne pouvez pas compter sur le démarrage du système à partir d'une autre image initramfs.

F.10.4.1. Ajout d'un pilote à l'aide de RPM

Cette procédure permet d'ajouter un conducteur.

Conditions préalables

  • Vous avez démarré en mode de secours.
  • Vous avez monté le système installé en mode lecture-écriture.

Procédure

  1. Mettez à disposition le paquetage RPM qui contient le pilote. Par exemple, montez un CD ou une clé USB et copiez le paquet RPM à l'emplacement de votre choix sous /mnt/sysroot/, par exemple : /mnt/sysroot/root/drivers/.
  2. Changez le répertoire racine en /mnt/sysroot/:

    sh-4.2# chroot /mnt/sysroot/
  3. Utilisez la commande rpm -ivh pour installer le pilote. Par exemple, exécutez la commande suivante pour installer le pilote xorg-x11-drv-wacom à partir de /root/drivers/:

    sh-4.2# rpm -­ivh /root/drivers/xorg-x11-drv-wacom-0.23.0-6.el7.x86_64.rpm
    Note

    Le répertoire /root/drivers/ dans cet environnement chroot est le répertoire /mnt/sysroot/root/drivers/ dans l'environnement de secours original.

  4. Quittez l'environnement chroot :

    sh-4.2# exit

F.10.4.2. Suppression d'un pilote à l'aide de RPM

Cette procédure permet de retirer un pilote.

Conditions préalables

  • Vous avez démarré en mode de secours.
  • Vous avez monté le système installé en mode lecture-écriture.

Procédure

  1. Remplacez le répertoire racine par le répertoire /mnt/sysroot/:

    sh-4.2# chroot /mnt/sysroot/
  2. Utilisez la commande rpm -e pour supprimer le pilote. Par exemple, pour supprimer le pilote xorg-x11-drv-wacom, exécutez la commande suivante

    sh-4.2# rpm -e xorg-x11-drv-wacom
  3. Quittez l'environnement chroot :

    sh-4.2# exit

    Si vous ne pouvez pas supprimer un pilote défectueux pour une raison quelconque, vous pouvez le mettre sur une liste de blocage afin qu'il ne se charge pas au démarrage.

  4. Lorsque vous avez terminé d'ajouter et de supprimer des pilotes, redémarrez le système.