8.5. Configurer Yum et les référentiels Yum

Note

En vue d'élargir vos connaissances, vous serez sans doute interessés par les formations suivantes Red Hat System Administration III (RH254) et RHCSA Rapid Track (RH199).
Les informations de configuration de yum et de ses utilitaires connexes sont situées dans le fichier /etc/yum.conf. Ce fichier contient une section [main] obligatoire, qui vous permet de définir les options yum qui ont un effet global, et peut également contenir une ou plusieurs section(s) [repository], ce qui vous permet de définir des options spécifiques au référentiel. Cependant, il est recommandé de définir des référentiels individuels dans les fichiers .repo existants ou nouveaux, qui se trouvent dans le répertoire /etc/yum.repos.d/. Les valeurs que vous définissez dans les sections [repository] du fichier /etc/yum.conf remplacent les valeurs définies dans la section [main].
Cette section indique comment :
  • définir des options yum globales en modifiant la section [main] du fichier de configuration /etc/yum.conf ;
  • définir des options de référentiels individuels en modifiant les sections [repository] des fichiers /etc/yum.conf et .repo dans le répertoire /etc/yum.repos.d/ ;
  • utiliser des variables yum dans /etc/yum.conf et des fichiers dans le répertoire /etc/yum.repos.d/ afin que la version dynamique et les valeurs de l'architecture soient gérées correctement ;
  • ajouter, activer, et désactiver des référentiels yum sur la ligne de commande ;
  • définir votre propre référentiel yum personnalisé.

8.5.1. Définir les options [main]

Le fichier de configuration /etc/yum.conf contient une seule section [main] précisément, et même si certaines des paires clés-valeurs dans cette section affectent la manière dont yum opère, d'autres affectent la manière dont yum traite les référentiels. Vous pouvez ajouter de nombreuses options sous l'en-tête de la section [main] dans /etc/yum.conf.
Un exemple du fichier de configuration /etc/yum.conf ressemble à ceci :
[main]
cachedir=/var/cache/yum/$basearch/$releasever
keepcache=0
debuglevel=2
logfile=/var/log/yum.log
exactarch=1
obsoletes=1
gpgcheck=1
plugins=1
installonly_limit=3
[commentaires abrégés]

# PUT YOUR REPOS HERE OR IN separate files named file.repo
# in /etc/yum.repos.d
Ci-dessous figurent les options de la section [main] les plus couramment utilisées :
assumeyes=value
L'option assumeyes permet de déterminer si yum demande de confirmer les actions critiques ou non. Remplacez value par l'une des valeurs suivantes :
0 (par défaut) — yum demande de confirmer les actions critiques effectuées.
1 — ne demande pas de confirmer les actions critiques de yum. Si assumeyes=1 est défini, yum se comportera de la même manière qu'avec les options de ligne de commande -y et --assumeyes.
cachedir=directory
Veuillez utiliser cette option pour définir le répertoire dans lequel yum stockera son cache et ses fichiers de base de données. Remplacez directory par un chemin complet vers le répertoire. Par défaut, le répertoire du cache de yum est le suivant : /var/cache/yum/$basearch/$releasever/.
Veuillez consulter la Section 8.5.3, « Utiliser des variables Yum » pour les descriptions des variables yum $basearch et $releasever.
debuglevel=value
Cette option indique le niveau de détails de la sortie de débogage produite par yum. Ici, value est un entier entre 1 et 10. Définir une valeur debuglevel plus élevée amènera yum à afficher une sortie de débogage plus détaillée. debuglevel=2 est la valeur par défaut, tandis que debuglevel=0 désactive la sortie de débogage.
exactarch=value
Avec cette option, vous pouvez définir yum pour que l'architecture exacte soit prise en considération lors de la mise à jour de paquets installés au préalable. Veuillez remplacer value par :
0 — ne pas prendre en compte l'architecture exacte pendant la mise à jour des paquets.
1 (par défaut) — prendre en considération l'architecture exacte pendant la mise à jour des paquets. Avec ce paramètre, yum n'installera pas de paquets pour une architecture 32 bits pour mettre à jour un paquet déjà installé sur un système avec une architecture 64 bits.
exclude=package_name [more_package_names]
L'option exclude vous permet d'exclure des paquets par mot-clé pendant une installation ou une mise à jour du système. Il est possible de sélectionner plusieurs paquets les exclure en indiquant une liste de paquets délimités par des espaces. Les expression glob du shell utilisant des caractères génériques (par exemple, * et ?) sont autorisées.
gpgcheck=value
Veuillez utiliser l'option gpgcheck pour spécifier si yum doit effectuer une vérification des signatures GPG sur les paquets. Remplacez value par :
0 — désactive la vérification des signatures GPG sur les paquets de tous les référentiels, y compris l'installation de paquets locaux.
1 (par défaut) — active la vérification de signatures GPG sur tous les paquets dans tous les référentiels, y compris l'installation de paquets locaux. Lorsque gpgcheck est activé, les signatures de tous les paquets sont vérifiées.
Si cette option est définie dans la section [main] du fichier /etc/yum.conf, elle définit une règle de vérification GPG pour tous les référentiels. Cependant, vous pouvez également définir gpgcheck=value pour les référentiels individuels à la place ; c'est-à-dire que vous pouvez activer la vérification GPG sur un référentiel tout en le désactivant sur un autre. Définir gpgcheck=value pour un référentiel individuel dans son fichier .repo correspondant remplace la valeur par défaut si elle est présente dans /etc/yum.conf.
Pour obtenir davantage d'informations sur la vérification de signatures GPG, veuillez consulter la Section A.3.2, « Vérification des signatures de paquets ».
group_command=value
Utilisez l'option group_command pour spécifier de quelle manière les commandes yum group install, yum group upgrade, et yum group remove gèrent un groupe de paquets. Remplacez value par l'une des valeurs suivantes :
simple — installe tous les membres d'un groupe de paquets. Met à niveau les paquets installés antérieurement uniquement, mais n'installe pas de paquets qui ont été ajoutés au groupe entretemps.
compat — est similaire à simple mais yum upgrade installe également des paquets qui ont été ajoutés au groupe depuis la mise à niveau précédente.
objects — (par défaut.) Avec cette option, yum garde sous surveillance les groupes installés antérieurement et fait une distinction entre les paquets installés faisant partie du groupe et les paquets installés séparément. Veuillez consulter l'Exemple 8.15, « Afficher des informations sur le groupe de paquets LibreOffice »
group_package_types=package_type [more_package_types]
Vous pouvez spécifier ici quel type de paquet (optionnel, par défaut ou obligatoire) est installé lorsque la commande yum group install est appelé. Les types de paquets par défaut et obligatoire sont choisis par défaut.
history_record=value
Avec cette option, vous pouvez définir yum pour enregistrer l'historique des transactions. Remplacez value par l'une des valeurs suivantes :
0 — yum ne doit pas enregistrer d'entrées de l'historique pour les transactions.
1 (par défaut) — yum devrait enregistrer les entrées de l'historique des transactions. Cette opération prend une certaine quantité d'espace disque et un certain temps supplémentaire avec les transactions, mais elle fournit également de nombreuses informations concernant les anciennes opérations, qui peuvent être affichées par la commande yum history. history_record=1 est la valeur par défaut.
Pour obtenir davantage d'informations sur la commande yum history, veuillez consulter la Section 8.4, « Utiliser l'historique des transactions ».

Note

Yum utilise des enregistrements de l'historique pour détecter les modifications apportées à la base de données rpmdb qui ont été effectuées hors de yum. Dans de tels cas, yum affiche un avertissement et recherche automatiquement les problèmes possibles causés par l'altération de rpmdb. Lorsque history_record est éteint, yum n'est pas en mesure de détecter ces changements et aucune vérifications automatique n'est effectuée.
installonlypkgs=space separated list of packages
Ici vous pouvez fournir une liste de paquets séparés par des virgules que yum peut installer, mais ne mettra jamais à jour. Veuillez consulter la page man yum.conf(5) pour obtenir la liste des paquets qui sont par défaut « install-only » (uniquement pour installation).
Si vous ajoutez la directive installonlypkgs à /etc/yum.conf, vous devriez vous assurer de répertorier tous les paquets install-only, y compris ceux répertoriés sous la section installonlypkgs de yum.conf(5). Particulièrement, les paquets du noyau doivent toujours être répertoriés dans installonlypkgs (comme ils le sont par défaut), et installonly_limit devrait toujours être défini sur une valeur supérieure à 2 afin qu'un noyau de secours soit toujours disponible en cas d'échec du démarrage du noyau par défaut.
installonly_limit=value
Cette option définit combien de paquets répertoriés dans la directive installonlypkgs peuvent être installés au même moment. Remplacez value par un entier représentant le nombre maximal de versions pouvant être installées simultanément pour tout paquet unique répertorié dans installonlypkgs.
Les valeurs par défaut de la directive installonlypkgs incluent plusieurs paquets de noyaux différents. Ainsi, veuillez ne pas oublier que modifier la valeur de installonly_limit affecte également le nombre maximal de versions installées pour un paquet de noyau unique. La valeur par défaut répertoriée dans /etc/yum.conf est installonly_limit=3, et il n'est pas recommandé de réduire cette valeur, et plus particulièrement à une valeur inférieure à 2.
keepcache=value
L'option keepcache détermine si yum garde le cache des en-têtes et des paquets après une installation réussie. Ici, value correspond à l'une des valeurs suivantes :
0 (par défaut) — ne pas retenir le cache des en-têtes et des paquets après une installation réussie.
1 — retenir le cache après une installation réussie.
logfile=file_name
Pour spécifier l'emplacement de journalisation de la sortie, veuillez remplacer file_name par un chemin complet vers le fichier dans lequel yum écrira la sortie journalisée. Par défaut, yum enregistre les journaux dans /var/log/yum.log.
max_connenctions=number
value correspond au nombre maximal de connexions simultanées, la valeur par défaut est 5.
multilib_policy=value
L'option multilib_policy définit le comportement de l'installation si plusieurs versions de l'architecture sont disponibles pour une installation de paquet. Ici, value correspond à :
best — installe le meilleur choix d'architecture pour ce système. Par exemple, paramétrer multilib_policy=best sur un système AMD64 amène yum à installer les versions 64 bits de tous les paquets.
all — installe à chaque fois toutes les architectures possibles pour chaque paquet. Par exemple, avec multilib_policy défini sur all sur un système AMD64, yum installerait les versions i686 et AMD64 d'un paquet, si ces deux versions étaient disponibles.
obsoletes=valeur
L'option obsoletes active la logique de traitement obsolète pendant les mises à jour. Lorsqu'un paquet déclare dans son fichier de spécifications qu'il rend un autre paquet obsolète, ce dernier est remplacé par l'ancien paquet lorsque le premier est installé. Les fichiers obsolètes sont déclarés, par exemple, lorsqu'un paquet est renommé. Remplacez valeur par soit :
0 — désactive la logique de traitement obsolète de yum lorsque des mises à jour sont effectuées.
1 (par défaut) — active la logique de traitement obsolète de yum lorsque des mises à jour sont effectuées.
plugins=value
Interrupteur global pour activer ou désactiver les greffons yum, value est l'une des valeurs suivantes :
0 — désactive tous les greffons yum globalement.

Important

La désactivation de tous les greffons n'est pas recommandée car certains greffons fournissent des services yum importants. En particulier, les greffons product-id et subscription-manager fournissent la prise en charge du Content Delivery Network (CDN) basé certificats. La désactivation globale des greffons est offerte en tant qu'option pratique, et n'est généralement recommandée que lors du diagnostique d'un problème potentiel avec yum.
1 (par défaut) — active tous les greffons yum globalement. Avec plugins=1, vous pouvez toujours désactiver un greffon yum spécifique en paramétrant enabled=0 dans le fichier de configuration de ce greffon.
Pour obtenir davantage d'informations sur les divers greffons yum, veuillez consulter la Section 8.6, « Greffons Yum ». Pour obtenir des informations supplémentaires sur le contrôle des greffons, veuillez consulter la Section 8.6.1, « Activer, configurer, et désactiver des greffons Yum ».
reposdir=directory
Ici, directory est un chemin complet vers le répertoire où se trouvent les fichiers .repo. Tous les fichiers .repo contiennent des informations de référentiel (similairement aux sections [référentiel] de /etc/yum.conf). Yum collecte toutes les informations des référentiels des fichiers .repo et la section [référentiel] du fichier /etc/yum.conf pour créer une liste maître des référentiels à utiliser pour des transactions. Si reposdir n'est pas défini, yum utilisera le répertoire par défaut /etc/yum.repos.d/.
retries=valeur
Cette option définit le nombre de fois que yum doit tenter de récupérer un fichier avant de retourner une erreur. value est un entier 0 ou supérieur. Définir la valeur sur 0 fait que yum effectuera des tentatives indéfiniement. La valeur par défaut est 10.
Pour obtenir la liste complète des options [main] disponibles, veuillez consulter la section [main] OPTIONS de la page man de yum.conf(5).

8.5.2. Définir les options [repository]

Les sections [repository], où repository est un ID de référentiel unique, tel que my_personal_repo (les espaces ne sont pas autorisés), vous permet de définir des référentiels yum individuels. Afin d'éviter tout conflit, les référentiels personnalisés ne doivent pas utiliser des noms utilisés dans les référentiels Red Hat.
Ci-dessous figure un exemple du strict minimum de la forme prise par la section [repository] :
[repository]
name=repository_name
baseurl=repository_url
Chaque section [référentiel] doit contenir les directives suivantes :
name=nom référentiel
Ici, nom référentiel est une chaîne lisible par l'utilitsateur décrivant le référentiel.
baseurl=url référentiel
Remplacez url référentiel par un URL vers le répertoire où se trouve le référentiel repodata d'un référentiel :
  • Si le référentiel est disponible sur HTTP, veuillez utiliser : http://path/to/repo
  • Si le référentiel est disponible sur FTP, veuillez utiliser : ftp://path/to/repo
  • Si le référentiel est local à la machine, veuillez utiliser : file:///path/to/local/repo
  • Si un référentiel en ligne spécifique requiert une authentification HTTP de base, vous pouvez spécifier votre nom d'utilisateur et mot de passe en les ajoutant au début de l'URL comme ceci : nom d'utilisateur:mot de âsse@lien. Par exemple, si un référentiel sur http://www.example.com/repo/ requiert un nom d'utilisateur « user » et un mot de passe « password », alors le lien baseurl link pourra être spécifié comme suit : http://user:password@www.example.com/repo/.
Habituellement, cet URL est un lien HTTP, tel que :
baseurl=http://path/to/repo/releases/$releasever/server/$basearch/os/
Remarquez que yum étend toujours les variables $releasever, $arch, et $basearch dans les URL. Pour obtenir davantage d'informations sur les variables yum, veuillez consulter la Section 8.5.3, « Utiliser des variables Yum ».
D'autres directives de [référentiel] utiles incluent :
enabled=valeur
Ceci est une manière simple de dire à yum d'utiliser ou d'ignorer un référentiel en particulier, la value correspond à l'une des valeurs suivantes :
0 — ne pas inclure ce référentiel en tant que source de paquet lorsque vous effectuez des mises à jour et des installations. Ceci est une manière simple d'activer et de désactiver des référentiels, ce qui est utile lorsque vous souhaitez un certain paquet d'un référentiel que vous ne souhaitez pas activer pour les mises à jour ou les installations.
1 — inclure ce référentiel en tant que source de paquets.
Activer et désactiver des référentiels peut également être effectué en passant l'option --enablerepo=repo_name ou --disablerepo=repo_name sur yum, ou par la fenêtre Ajouter/Supprimer un logiciel de l'utilitaire PackageKit.
async=valeur
Contrôle le téléchargement parallèle de paquets de référentiels. La valeur correspond à :
auto (par défaut) — un téléchargement parallèle est utilisé si possible, ce qui signifie que yum le désactive automatiquement pour les référentiels créés par les greffons afin d'éviter des échecs.
on — téléchargement parallèle activé pour le référentiel.
off — téléchargement parallèle désactivé pour le référentiel.
De nombreuses autres options [référentiel] existent. Quelques-unes d'entre elles ont la même forme et fonction que certaines options [main]. Pour une liste complète, veuillez consulter la section [repository] OPTIONS de la page man deyum.conf(5).

Exemple 8.25. Exemple de fichier /etc/yum.repos.d/redhat.repo

Ci-dessous figure un exemple du fichier /etc/yum.repos.d/redhat.repo :
#
# Red Hat Repositories
# Managed by (rhsm) subscription-manager
#

[red-hat-enterprise-linux-scalable-file-system-for-rhel-6-entitlement-rpms]
name = Red Hat Enterprise Linux Scalable File System (for RHEL 6 Entitlement) (RPMs)
baseurl = https://cdn.redhat.com/content/dist/rhel/entitlement-6/releases/$releasever/$basearch/scalablefilesystem/os
enabled = 1
gpgcheck = 1
gpgkey = file:///etc/pki/rpm-gpg/RPM-GPG-KEY-redhat-release
sslverify = 1
sslcacert = /etc/rhsm/ca/redhat-uep.pem
sslclientkey = /etc/pki/entitlement/key.pem
sslclientcert = /etc/pki/entitlement/11300387955690106.pem

[red-hat-enterprise-linux-scalable-file-system-for-rhel-6-entitlement-source-rpms]
name = Red Hat Enterprise Linux Scalable File System (for RHEL 6 Entitlement) (Source RPMs)
baseurl = https://cdn.redhat.com/content/dist/rhel/entitlement-6/releases/$releasever/$basearch/scalablefilesystem/source/SRPMS
enabled = 0
gpgcheck = 1
gpgkey = file:///etc/pki/rpm-gpg/RPM-GPG-KEY-redhat-release
sslverify = 1
sslcacert = /etc/rhsm/ca/redhat-uep.pem
sslclientkey = /etc/pki/entitlement/key.pem
sslclientcert = /etc/pki/entitlement/11300387955690106.pem

[red-hat-enterprise-linux-scalable-file-system-for-rhel-6-entitlement-debug-rpms]
name = Red Hat Enterprise Linux Scalable File System (for RHEL 6 Entitlement) (Debug RPMs)
baseurl = https://cdn.redhat.com/content/dist/rhel/entitlement-6/releases/$releasever/$basearch/scalablefilesystem/debug
enabled = 0
gpgcheck = 1
gpgkey = file:///etc/pki/rpm-gpg/RPM-GPG-KEY-redhat-release
sslverify = 1
sslcacert = /etc/rhsm/ca/redhat-uep.pem
sslclientkey = /etc/pki/entitlement/key.pem
sslclientcert = /etc/pki/entitlement/11300387955690106.pem

8.5.3. Utiliser des variables Yum

Vous pouvez utiliser et faire référence aux variables intégrées suivantes présentes dans les commandes yum et dans tous les fichiers de configuration yum (c'est-à-dire /etc/yum.conf et tous les fichiers .repo dans le répertoire /etc/yum.repos.d/) :
$releasever
Vous pouvez utiliser cette variable pour faire référence à la version Red Hat Enterprise Linux. Yum obtient la valeur de $releasever à partir de la ligne distroverpkg=value dans le fichier de configuration /etc/yum.conf. Si cette ligne n'existe pas dans /etc/yum.conf, alors yum déduira la valeur correcte en dérivant la numéro de version à partir du paquet redhat-releaseproduit qui fournit le fichier redhat-release .
$arch
Vous pouvez utiliser cette variable pour faire référence à l'architecture du CPU du système comme retourné lors d'un appel à la fonction os.uname() de Python. Les valeurs valides de $arch incluent : i586, i686 et x86_64.
$basearch
Vous pouvez utiliser $basearch pour faire référence à l'architecture de base du système. Par exemple, les machines i686 et i586 ont toutes deux une architecture de base i386, et les machines AMD64 et Intel64 ont une architecture de base x86_64.
$YUM0-9
Ces dix variables sont chacunes remplacées par la valeur d'une variable d'environnement shell du même nom. Si l'une de ces variables est référencée (par exemple dans /etc/yum.conf) et qu'une variable d'environnement shell du même nom n'existe pas, alors la variable du fichier de configuration ne sera pas remplacée.
Pour définir une variable personnalisée ou pour remplacer la valeur d'une variable existante, créez un fichier du même nom que la variable (sans le caractère « $ ») dans le répertoire /etc/yum/vars/, et ajoutez la valeur souhaitée sur la première ligne.
Par exemple, les descriptions de référentiels incluent souvent le nom du système d'exploitation. Pour définir une nouvelle variable nommée $osname, créez un nouveau fichier avec « Red Hat Enterprise Linux » sur la première ligne et enregistrez-le sous /etc/yum/vars/osname :
~]# echo "Red Hat Enterprise Linux 7" > /etc/yum/vars/osname
Au lieu de « Red Hat Enterprise Linux 7 », vous pouvez désormais utiliser ce qui suit dans les fichiers .repo :
name=$osname $releasever

8.5.4. Afficher la configuration actuelle

Pour afficher les valeurs actuelles des options yum globales (c'est-à-dire les options spécifiées dans la section [main] du fichier /etc/yum.conf), veuillez exécuter la commande yum-config-manager sans aucune option de ligne de commande :
yum-config-manager
Pour répertorier le contenu d'une ou plusieurs sections de configuration différentes, veuillez utiliser la commande sous la forme suivante :
yum-config-manager section
Vous pouvez également utiliser une expression glob pour afficher la configuration de toutes les sections correspondantes :
yum-config-manager glob_expression

Exemple 8.26. Afficher la configuration de la section principale

Pour répertorier toutes les options de configuration de la section principale ainsi que leurs valeurs correspondantes, veuillez saisir ce qui suit dans l'invite shell :
~]$ yum-config-manager main \*
Loaded plugins: langpacks, product-id, subscription-manager
================================== main ===================================
[main]
alwaysprompt = True
assumeyes = False
bandwith = 0
bugtracker_url = https://bugzilla.redhat.com/enter_bug.cgi?product=Red%20Hat%20Enterprise%20Linux%206&component=yum
cache = 0[sortie tronquée]

8.5.5. Ajouter, activer, et désactiver un référentielr Yum

Note

Afin de gagner en expertise, vous serez sans doute intéressé par le cours de formation Red Hat System Administration II (RH254).
La Section 8.5.2, « Définir les options [repository] » décrit les diverses options que vous pouvez utiliser pour définir un référentiel yum. Cette section explique comment ajouter, activer, et désactiver un référentiel en utilisant la commande yum-config-manager.

Important

Lorsque le système est enregistré dans Red Hat Subscription Management sur le Content Delivery Network (CDN) basé sur certificats, les outils Red Hat Subscription Manager sont utilisés pour gérer des référentiels dans le fichier /etc/yum.repos.d/redhat.repo.

Ajouter un référentiel Yum

Pour définir un nouveau référentiel, vous pouvez ajouter une section [référentiel] dans le fichier /etc/yum.conf, ou au fichier .repo du répertoire /etc/yum.repos.d/. Tous les fichiers avec l'extension de fichier .repo présents dans ce répertoire sont lus par yum, et il est recommandé de définir vos référentiels ici plutôt que dans /etc/yum.conf.

Avertissement

Obtenir et installer des paquets logiciels de sources logicielles non vérifiées ou qui ne sont pas de confiance et proviennent de sources autres que le Content Delivery Network (CDN) basé sur certificats de Red Hat constitue un risque de sécurité potentiel, et pourrait provoquer des problèmes de sécurité, de stabilité, de compatibilité, et de maintenance.
Les référentiels Yum fournissent normalement leur propre fichier .repo. Pour ajouter un tel référentiel à votre système et pour l'activer, veuillez exécuter la commande suivante en tant qu'utilisateur root :
yum-config-manager --add-repo repository_url
…où repository_url est un lien vers le fichier .repo.

Exemple 8.27. Ajouter example.repo

Pour ajouter un référentiel situé sur http://www.example.com/example.repo, veuillez saisir ce qui suit dans l'invite shell :
~]# yum-config-manager --add-repo http://www.example.com/example.repo
Loaded plugins: langpacks, product-id, subscription-manager
adding repo from: http://www.example.com/example.repo
grabbing file http://www.example.com/example.repo to /etc/yum.repos.d/example.repo
example.repo                                             |  413 B     00:00
repo saved to /etc/yum.repos.d/example.repo

Activer un référentiel Yum

Pour activer un ou plusieurs référentiels en particulier, veuillez saisir ce qui suit dans une invite shell en tant qu'utilisateur root :
yum-config-manager --enable repository
…où référentiel est l'ID unique du référentiel (utilisez yum repolist all pour répertorier les ID des référentiels disponibles). Alternativement, vous pouvez utiliser une expression glob pour activer tous les référentiels correspondants :
yum-config-manager --enable glob_expression

Exemple 8.28. Activer les référentiels définis dans des sections personnalisées de /etc/yum.conf.

Pour activer les référentiels définis dans les sections [example], [example-debuginfo], et [example-source], veuillez saisir :
~]# yum-config-manager --enable example\*
Loaded plugins: langpacks, product-id, subscription-manager
============================== repo: example ==============================
[example]
bandwidth = 0
base_persistdir = /var/lib/yum/repos/x86_64/7Server
baseurl = http://www.example.com/repo/7Server/x86_64/
cache = 0
cachedir = /var/cache/yum/x86_64/7Server/example[sortie tronquée]

Exemple 8.29. Activer tous les référentiels

Pour activer tous les référentiels définis dans le fichier /etc/yum.conf et dans le répertoire /etc/yum.repos.d/, saisissez :
~]# yum-config-manager --enable \*
Loaded plugins: langpacks, product-id, subscription-manager
============================== repo: example ==============================
[example]
bandwidth = 0
base_persistdir = /var/lib/yum/repos/x86_64/7Server
baseurl = http://www.example.com/repo/7Server/x86_64/
cache = 0
cachedir = /var/cache/yum/x86_64/7Server/example[sortie tronquée]
Si elle fonctionne correctement, la commande yum-config-manager --enable affiche la configuration du référentiel actuel.

Désactiver un référentiel Yum

Pour désactiver un référentiel yum, veuillez exécuter la commande suivante en tant qu'utilisateur root :
yum-config-manager --disable repository
…où référentiel est l'ID unique du référentiel (utilisez yum repolist all pour répertorier les ID des référentiels disponibles). De même qu'avec yum-config-manager --enable, vous pouvez utiliser une expression glob pour désactiver tous les référentiels correspondants en même temps :
yum-config-manager --disable glob_expression

Exemple 8.30. Désactiver tous les référentiels

Pour désactiver tous les référentiels définis dans le fichier /etc/yum.conf et dans le répertoire /etc/yum.repos.d/, saisissez :
~]# yum-config-manager --disable \*
Loaded plugins: langpacks, product-id, subscription-manager
============================== repo: example ==============================
[example]
bandwidth = 0
base_persistdir = /var/lib/yum/repos/x86_64/7Server
baseurl = http://www.example.com/repo/7Server/x86_64/
cache = 0
cachedir = /var/cache/yum/x86_64/7Server/example[sortie tronquée]
Si elle fonctionne correctement, la commande yum-config-manager --disable affiche la configuration actuelle.

8.5.6. Création d'un référentiel Yum

Pour définir un référentiel yum, effectuez les étapes suivantes :
  1. Installez le paquet createrepo. Pour faire cela, veuillez saisir ce qui suit dans l'invite shell en tant qu'utilisateur root :
    yum install createrepo
  2. Copiez tous les paquets que vous souhaitez avoir dans votre référentiel dans un seul répertoire, comme /mnt/local_repo/.
  3. Déplacez-vous sur ce répertoire et exécutez la commande suivante :
    createrepo --database /mnt/local_repo
    Ceci crée les métadonnées nécessaires pour votre référentiel yum, ainsi que la base de données sqlite pour accélérer les opérations yum.

8.5.7. Ajouter les référentiels « Optional » (Optionnel) et « Supplementary » (Supplémentaire)

Les canaux d'abonnements « Optional » et « Supplementary » fournissent des paquets logiciels supplémentaires pour Red Hat Enterprise Linux qui offrent des logiciels sous licence open source (dans le canal « Optional ») et sous licence propriétaire (dans le canal « Supplementary »).
Avant de vous abonner aux canaux « Optional » et « Supplementary », veuillez consulter les Détails de l'étendue de la couverture. Si vous décidez d'installer des paquets à partir de ces canaux, veuillez suivre les étapes documentées dans l'article nommé Comment accéder aux canaux « Optional » et « Supplementary » et aux paquets -devel en utilisant Red Hat Subscription Manager (RHSM) ? sur le Portail Client Red Hat.