12.2. Création d'une partition

Avertissement

Ne pas tenter de créer une partition sur un périphérique en cours d'utilisation.

Procédure 12.1. Création d'une partition

  1. Avant de créer une partition, veuillez démarrer en mode de secours (ou démontez toute partition sur le périphérique et éteignez tout espace swap sur le périphérique).
  2. Démarrez parted, où /dev/sda est le périphérique sur lequel créer la partition :
    # parted /dev/sda
  3. Afficher la table de partitions pour déterminer s'il y a suffisament d'espace libre :
    # print
S'il n'y a pas suffisamment d'espace libre, vous pouvez redimensionner une partition existante. Veuillez consulter la Section 12.4, « Redimensionnement d'une partition » pour obtenir des détails.

12.2.1. Créer la partition

À partir de la table de partitions, déterminez les points du début et de fin de la nouvelle partition, ainsi que le type de partition souhaité. Seuls quatre types de partitions principales (sans partition étendue) sont autorisés sur un périphérique. Si vous avez besoin de plus de quatre partitions, il est possible de créer trois partitions principales, une partition étendue, et de multiples partitions logiques dans la partition étendue. Pour voir une vue d'ensemble des partitions de disque, veuillez consulter l'appendice Introduction aux partitions de disques du Guide d'installation Red Hat Enterprise Linux 7.
Par exemple, pour créer une partition principale avec un système de fichiers ext3 de 1024 méga-octets à 2048 méga-octets sur un disque dur, veuillez saisir la commande suivante :
# mkpart primary ext3 1024 2048

Note

Si, au contraire, vous utilisez la commande mkpartfs, le système de fichiers sera créé après la création de la partition. Cependant, parted ne prend pas en charge la création d'un système de fichiers ext3. Ainsi, si vous souhaitez créer un système de fichiers ext3, veuillez utiliser mkpart et créer le système de fichiers avec la commande mkfs comme décrit ultérieurement.
Les modifications prendront effet dès que vous appuyez sur Entrée. Ainsi, veuillez vérifier la commande avant de l'exécuter.
Après avoir créé la partition, veuillez utiliser la commande print pour confirmer que celle-ci se trouve effectivement dans la table de partitions avec le bon type de partition, le bon type de système de fichiers, et la bonne taille. Veuillez également vous rappeler du numéro mineur de la nouvelle partition afin d'être en mesure d'étiqueter un système de fichiers dessus. Vous devriez aussi afficher la sortie de cat /proc/partitions une fois que « parted » est fermé afin de vous assurer que le noyau reconnaisse la nouvelle partition.
Le nombre maximum de partitions que « parted » va créer est de 128. Même si la spécification GPT (« GUID Partition Table ») permet d'avoir plus de partitions en agrandissant la zone réservée à la table de partitions, une pratique courante utilisée par « parted » est de la limiter à une zone qui suffira pour 128 partitions.

12.2.2. Formatage et étiquetage de la partition

Pour formater et étiqueter la partition, veuillez utiliser la procédure suivante :

Procédure 12.2. Formater et étiqueter la partition

  1. La partition ne possède toujours pas de système de fichiers. Pour en créer un, veuillez utiliser la commande suivante :
    # /usr/sbin/mkfs -t ext3 /dev/sda6

    Avertissement

    Formater la partition détruira de manière permanente toutes les données s'y trouvant.
  2. Ensuite, veuillez donner une étiquette au système de fichiers sur la partition. Par exemple, si le système de fichiers sur la nouvelle partition est nommé /dev/sda6 et que vous souhaitez l'étiqueter /work, veuillez utiliser :
      # e2label /dev/sda6 /work
Par défaut, le programme d'installation utilise le point de montage de la partition en tant qu'étiquette afin de s'assurer que l'étiquette soit effectivement unique.
Ensuite, veuillez créer un point de montage (par exemple, /work) en tant que root.

12.2.3. Ajoutez-le à /etc/fstab

En tant que root, modifiez le fichier /etc/fstab afin d'inclure la nouvelle partition à l'aide de son UUID. Veuillez utiliser la commande blkid -o list pour obtenir une liste complète de l'UUID de la partition, ou blkid device pour obtenir les détails individuels du périphérique.
La première colonne doit contenir UUID= suivi de l'UUID du système de fichiers. La seconde colonne doit contenir le point de montage de la nouvelle partition, et la colonne suivante doit être le type de système de fichiers (par exemple, ext3 ou swap). Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires sur le format, veuillez lire la page man avec la commande man fstab.
Si la quatrième colonne contient le mot defaults, alors la partition sera montée au moment du démarrage. Pour monter la partition sans effectuer de redémarrage, veuillez saisir la commande suivante en tant que root :
mount /work