Chapitre 4. Système de fichiers Ext3

Le système de fichiers ext3 est principalement une version améliorée du système de fichiers ext2. Ces améliorations offrent les avantages suivants :
Disponibilité
Après une panne d'alimentation ou une panne du système inattendue (aussi appelé un arrêt du système incorrect), la cohérence de chaque système de fichiers ext2 monté sur la machine doit être vérifiée par le programme e2fsck. Ce long processus peut retarder le démarrage du système de manière importante, particulièrement pour les volumes de grande taille contenant de nombreux fichiers. Pendant ce délai, on ne peut pas accéder aux données sur les volumes.
Il est possible d'exécuter fsck -n sur un système de fichiers en direct. Cependant, aucun changement ne sera effectué et des résultats trompeurs pourraient être retournés s'il y a des métadonnées partiellement écrites.
Si LVM est utilisé dans la pile, une autre option consiste à prendre un cliché LVM du système de fichiers et d'exécuter fsck dessus à la place.
Finalement, il existe une option pour remonter le système de fichiers en lecture seule. Toutes les mises à jour (et écritures) de métadonnées en attente sont ensuite forcées sur le disque avant qu'il soit remonté. Ceci permet d'assurer que le système de fichiers se trouve dans un état cohérent, à condition qu'il n'y ait pas de corruption précédente. Il est désormais possible d'exécuter fsck -n.
La journalisation offerte par le système de fichiers ext3 signifie que ce type de vérification de système de fichiers n'est plus nécessaire après un arrêt du système incorrect. La seule fois qu'une vérification de cohérence se produit en utilisant ext3 est dans certains rares cas de panne de matériel, comme lors de pannes de disque dur. Le temps pris pour récupérer un système de fichiers ext3 après un arrêt de système incorrect ne dépend pas de la taille du système de fichiers ou du nombre de fichiers, il dépend de la taille du journal utilisé pour maintenir une certaine cohérence. La taille de journal par défaut prend environ une seconde pour reprendre, en fonction de la vitesse du matériel.

Note

Le seul mode de journalisation d'ext3 pris en charge par Red Hat est data=ordered (par défaut).
Intégrité des données
Le système de fichiers ext3 empêche la perte d'intégrité des données dans le cas où un arrêt du système incorrect se produirait. Le système de fichiers ext3 vous permet de choisir le type et le niveau de protection pour vos données. Quant à l'état du système de fichiers, les volumes ext3 sont configurés de manière à fournir un haut niveau de cohérence des données par défaut.
Vitesse
Malgré l'écriture de certaines données plus d'une fois, ext3 possède un plus haut débit que ext2 dans la plupart des cas car la journalisation d'ext3 optimise les mouvements de disque dur. Vous pouvez choisir parmi trois modes de journalisation pour optimiser la vitesse, mais ce faire entrainera des compromis au niveau de l'intégrité des données si jamais le système devait tomber en panne.

Note

Le seul mode de journalisation d'ext3 pris en charge par Red Hat est data=ordered (par défaut).
Transition facile
Il est facile de migrer d'ext2 à ext3 et de tirer profit des bénéfices d'un système de fichiers offrant une journalisation robuste sans reformatage. Veuillez consulter la Section 4.2, « Conversion vers un système de fichiers ext3 » pour obtenir des informations supplémentaire sur la manière d'accomplir cette tâche.

Note

Red Hat Enterprise Linux 7 procure un pilote extN unifié. Il le fait en désactivant les configurations d'ext2 et ext3, et utilise à la place ext4.ko pour ces formats sur disque. Cela signifie que les messages de noyau se référeront toujours à ext4 quel que soit le système de fichiers utilisé.
Les sections suivantes couvrent la création et le réglage des partitions ext3. Pour les partitions ext2, ignorez les sections de partitionnement et de formatage et rendez vous directement sur la Section 4.2, « Conversion vers un système de fichiers ext3 ».

4.1. Créer un système de fichiers ext3

Après l'installation, il est parfois nécessaire de créer un nouveau système de fichiers ext3. Par exemple, si un nouveau disque dur est ajouté au système, vous pourriez souhaiter partitionner le disque et utiliser le système de fichiers ext3.
Les étapes pour créer un système de fichiers ext3 sont comme suit :

Procédure 4.1. Créer un système de fichiers ext3

  1. Formater la partition ou le volume LVM avec le système de fichiers ext3 en utilisant mkfs.
  2. Étiqueter le système de fichiers en utilisant e2label.
Il est également possible d'ajouter un UUID spécifique au système de fichiers. Ainsi, pour ajouter l'UUID 7cd65de3-e0be-41d9-b66d-96d749c02da7 au système de fichiers /dev/sda8, exécuter les commandes suivantes :
# mkfs -t ext3 -U 7cd65de3-e0be-41d9-b66d-96d749c02da7 /dev/sda8
# tune2fs -U 7cd65de3-e0be-41d9-b66d-96d749c02da7 /dev/sda8
Remplacer ext3 avec le type de système de fichiers que vous utilisez (ext4, par exemple), suivi de l'option -U avec votre UUID, puis remplacer /dev/sda8 par le système de fichiers pour y ajouter l'UUID.