6.10. Destination de l'installation

Sélectionnez Destination de l'installation dans l'écran Sommaire de l'installation afin de sélectionner les disques et partitionner l'espace de stockage sur lequel vous installerez Red Hat Enterprise Linux. Si vous ignorez comment partitionner des disques, veuillez consulter l'Annexe A, Introduction aux partitions de disque.

Avertissement

Red Hat recommande de toujours sauvegarder toutes les données que vous possédez sur vos systèmes. Par exemple, si vous créez ou mettez à niveau un système à double démarrage, vous devriez sauvegarder toutes les données que vous souhaitez conserver sur vos périphériques de stockage. Des circonstances imprévues pourraient provoquer la perte de toutes vos données.

Important

Si vous installez Red Hat Enterprise Linux en mode texte, seuls les schémas de partitionnement par défaut décrits dans cette section pourront être utilisés. Vous ne pourrez pas ajouter ou supprimer de partitions ou systèmes de fichiers autres que ceux ajoutés ou supprimés automatiquement par le programme d'installation.

Important

Si vous avez une carte RAID, faites attention au fait que certains types de BIOS ne prennent pas en charge le démarrage à partir de la carte RAID. Dans de tels cas, la partition /boot/ doit être créée sur une partition hors de la matrice RAID, comme par exemple sur un disque dur séparé. L'utilisation d'un disque dur interne est nécessaire pour la création de partitions avec les cartes RAID problématiques. Une partition /boot/ est aussi nécessaire pour les installations RAID logiciel.
Si vous avez choisi de partitionner votre système automatiquement, vous devriez modifier votre partition /boot manuellement. Veuillez consulter la Section 6.10.4, « Partitionnement manuel » pour obtenir des détails supplémentaires.
Aperçu de l'espace de stockage

Figure 6.18. Aperçu de l'espace de stockage

Important

Pour configurer le chargeur de démarrage Red Hat Enterprise Linux sur chargement en chaîne depuis un autre chargeur de démarrage, vous devez spécifier le disque de démarrage manuellement en cliquant sur le lien Sommaire complet du disque et chargeur de démarrage à partir de l'écran Destination de l'installation. Pour obtenir des instructions sur la spécification d'un lecteur de démarrage, veuillez consulter la Section 6.10.1, « Installation du chargeur de démarrage ».
Sur cet écran, vous pouvez voir les périphériques de stockage disponibles localement sur votre ordinateur. Vous pouvez également ajouter des périphériques réseau ou périphériques spécialisés supplémentaires en cliquant sur le bouton Ajouter un disque. Pour en savoir plus sur ces périphériques, veuillez consulter la Section 6.11, « Périphériques de stockage ».
Choisissez les disques sur lesquels installer Red Hat Enterprise Linux en cliquant sur leur icône dans le volet en haut de l'écran. Chaque disque est marqué par son étiquette, sa taille et son espace disponible. Les disques non sélectionnés sur l'écran ne seront pas affectés une fois que l'installation aura commencé.
Un formulaire d'options supplémentaires intitulé Autres options de stockage se trouve en dessous des volets pour périphériques de stockage :
  • Vous pouvez sélectionner la façon dont votre périphérique de stockage sera partitionné dans la section Partitionnement. Vous pouvez configurer les partitions manuellement ou laisser le programme d'installation le faire automatiquement.
    Le partitionnement automatique est recommandé si vous effectuez une nouvelle installation sur un espace de stockage vierge ou si vous ne souhaitez pas préserver les données présentes à cet emplacement. Pour cela, laissez la sélection par défaut du bouton radio Configurer automatiquement le partitionnement afin que le programme d'installation crée pour vous les partitions nécessaires sur l'espace de stockage.
    Pour un partitionnement automatique, vous pouvez également sélectionner la case Je souhaite créer davantage d'espace disponible (I would like to make additional space available) pour choisir comment distribuer de l'espace sur cette installation à partir d'autres systèmes de fichier. Si vous avez sélectionné le partitionnement automatique mais que l'espace de stockage n'est pas suffisant pour terminer l'installation, une boîte de dialogue apparaîtra après avoir cliqué sur Terminé :
    Boîte de dialogue des options d'installation avec option de récupération d'espace

    Figure 6.19. Boîte de dialogue des options d'installation avec option de récupération d'espace

    Cliquez sur Annuler et ajouter des disques supplémentaires pour ajouter de l'espace de stockage. Cliquez sur Récupérer de l'espace pour libérer de l'espace de stockage à partir de partitions existantes. Pour plus d'informations, veuillez consulter la Section 6.10.3, « Récupérer de l'espace disque ».
    Si vous sélectionnez le bouton radio Je configure le partitionnement pour une configuration manuelle puis cliquez sur le bouton Terminé, vous serez dirigé vers l'écran Partitionnement manuel. Pour plus d'informations, veuillez consulter la Section 6.10.4, « Partitionnement manuel ».
  • Dans la section Chiffrement, vous pouvez sélectionner la case Chiffrer mes données pour chiffrer toutes les partitions à l'exception de /boot. Pour en savoir plus sur le chiffrement, veuillez consulter le Guide de sécurité Red Hat Enterprise Linux 7.
Le bouton Sommaire de disque complet et chargeur de démarrage en bas de l'écran vous permet de configurer un disque sur lequel un chargeur de démarrage sera installé.
Pour plus d'informations, veuillez consulter la Section 6.10.1, « Installation du chargeur de démarrage ».
Cliquez sur le bouton Terminé une fois vos sélections effectuées pour retourner à l'écran Sommaire de l'installation ou pour vous rendre sur l'écran Partitionnement manuel.

Important

Lorsque vous installez Red Hat Enterprise Linux sur un système possédant à la fois des périphériques de stockage à chemins d'accès multiples (multipath) et des périphériques de stockage non-multipath, la structure du partitionnement automatique dans le programme d'installation peut créer des groupes de volumes contenant une combinaison de périphériques multipath et de périphériques non-multipath, ce qui est contraire au principe du stockage à chemins d'accès multiples.
Sur l'écran Destination de l'installation, nous vous recommandons de sélectionner des périphériques à chemins d'accès multiples (multipath) uniquement ou des périphériques non-multipath uniquement. Alternativement, poursuivez avec le partitionnement manuel.

6.10.1. Installation du chargeur de démarrage

Red Hat Enterprise Linux 7 utilise GRUB2 (GRand Unified Bootloader version 2) comme chargeur de démarrage. Le chargeur de démarrage est le premier programme à s'exécuter au démarrage de l'ordinateur. Son rôle est de charger et transférer le contrôle à un système d'exploitation. GRUB2 peut démarrer tout système d'exploitation compatible et également utiliser le chargement en chaîne pour transférer le contrôle à d'autres chargeurs de démarrage pour les systèmes d'exploitation non pris en charge.

Avertissement

L'installation de GRUB2 pourrait effacer votre chargeur de démarrage actuel.
Si vous avez d'autres systèmes d'exploitation déjà installés, Red Hat Enterprise Linux essaye de les détecter automatiquement et configure GRUB2 pour les démarrer. Vous pouvez configurer manuellement tout système d'exploitation supplémentaire s'ils ne sont pas détectés correctement.
Pour indiquer le périphérique sur lequel le chargeur de démarrage doit être installé, cliquez sur le lien Résumé complet du disque et chargeur de démarrage en bas de l'écran Destination de l'installation. La boîte de dialogue Disques sélectionnés apparaîtra. Si vous partitionnez le pilote manuellement, vous trouverez cette boîte de dialogue en cliquant sur Périphérique(s) de stockage sélectionnés sur l'écran Partitionnement manuel.
Disques sélectionnés

Figure 6.20. Disques sélectionnés

Dans la colonne Démarrage, une icône de validation verte indique le périphérique de démarrage prévu. Pour modifier le périphérique de démarrage, sélectionnez un périphérique depuis la liste et cliquez sur le bouton Définir comme périphérique de démarrage pour y installer le chargeur de démarrage.
Pour refuser l'installation d'un nouveau chargeur de démarrage, sélectionnez le périphérique coché et cliquez sur le bouton Ne pas installer le chargeur de démarrage. Cela supprimera l'icône de validation et empêchera d'installer GRUB2 sur un périphérique.

Avertissement

Si, pour une raison quelconque, vous décidez de ne pas installer de chargeur de démarrage, vous ne pourrez pas démarrer le système directement et devrez utiliser une autre méthode de démarrage, comme une application commerciale de chargeur de démarrage. N'utilisez cette option que si vous êtes certain d'avoir une autre solution pour démarrer votre système.

6.10.1.1. A propos de MBR et GPT

Le programme d'installation installe GRUB2 sur le MBR (master boot record) ou sur la table de partition GUID (GPT) du périphérique pour le système de fichiers root. Pour déterminer la méthode à utiliser, le programme d'installation prend en considération les variations suivantes :
Systèmes BIOS et systèmes UEFI en mode de compatibilité BIOS
Si le disque est déjà formaté, le schéma de partitionnement est conservé.
Si le disque n'est pas formaté ou si l'utilisateur a effacé toutes les partitions du disque, Anaconda utilisera :
  • MBR, si la taille du disque est inférieure à 2 To.
  • GPT, si la taille du disque est supérieure à 2 To.

    Note

    Ajoutez l'option inst.gpt à la ligne de commande de démarrage pour annuler le comportement par défaut et utiliser GPT sur un disque d'une taille inférieure à 2 To. Veuillez noter que vous ne pouvez pas annuler manuellement Anaconda pour utiliser MBR sur un disque de taille supérieure à 2 To.
Vous devez créer une partition BIOS Boot (biosboot) pour effectuer une installation sur un système BIOS où le disque contenant le chargeur de démarrage utilise GPT. La taille de la partition biosboot doit être de 1 Mo. Vous n'aurez cependant pas besoin de la partition biosboot si le disque contenant le chargeur de démarrage utilise MBR.
Systèmes UEFI
Seul GPT est autorisé sur les systèmes UEFI. Pour pouvoir effectuer une installation sur un disque formaté avec MBR, vous devez d'abord le reformater.
Vous devez créer une Partition système EFI (efi), quel que soit le schéma de partitionnement. La taille de la partition efi doit être d'au moins 50 Mo ; sa taille recommandée est 200 Mo.

Note

La partition biosboot ou efi ne peut se trouver sur un volume LVM. Utilisez plutôt des partitions physiques normales.

6.10.2. Chiffrer les partitions

Si vous avez sélectionné l'option Chiffrer mes données et poursuivi sur l'écran suivant, le programme d'installation vous demandera une phrase de passe avec laquelle chiffrer les partitions sur le système.
Les partitions sont chiffrées à l'aide de Linux Unified Key Setup. Veuillez consulter le Guide de sécurité Red Hat Enterprise Linux 7 pour obtenir davantage d'informations.
Saisir la phrase de passe pour une partition chiffrée

Figure 6.21. Saisir la phrase de passe pour une partition chiffrée

Choisissez une phrase de passe et saisissez-la dans chacun des deux champs de la boîte de dialogue. Veuillez noter qu'il est impératif d'utiliser la même disposition de clavier pour définir votre phrase de passe que celle que vous utiliserez pour déverrouiller des partitions. Utilisez l'icône de changement de langue pour vous assurer que la bonne disposition de clavier a été sélectionnée. Vous devez fournir cette phrase de passe à chaque démarrage du système. Appuyez sur la touche Tab à l'intérieur du champ de saisie Phrase de passe pour la saisir à nouveau. Si la phrase de passe est trop faible, une icône d'avertissement apparaîtra à l'intérieur du champ et vous empêchera de taper dans le second champ. Faites glisser le curseur de votre souris sur l'icône d'avertissement pour savoir comment améliorer votre phrase de passe.

Avertissement

Si vous oubliez cette phrase de passe, toutes les partitions chiffrées et toutes les données y figurant ne seront plus accessibles. Il n'existe aucun moyen de retrouver une phrase de passe oubliée.
Veuillez noter que si vous effectuez une installation Kickstart de Red Hat Enterprise Linux, vous pouvez enregistrer les phrases de passe de chiffrement et créer des copies de sauvegarde de phrases de passe de chiffrement pendant l'installation. Pour en savoir plus sur le chiffrement de disque, veuillez consulter le Guide de sécurité Red Hat Enterprise Linux 7.

6.10.3. Récupérer de l'espace disque

Si l'espace est insuffisant pour installer Red Hat Enterprise Linux sur les disques sélectionnés dans Destination de l'installation et que vous avez sélectionné Récupérer de l'espace dans la boîte de dialogue Options de l'installation, la boîte de dialogue Récupérer de l'espace disque apparaîtra.

Avertissement

A moins de choisir de réduire une partition, la récupération d'espace sur une partition implique la suppression de la totalité des données présentes. Veuillez toujours vérifier que toutes les données importantes ont été sauvegardées.
Récupérer de l'espace disque à partir des systèmes de fichiers existants

Figure 6.22. Récupérer de l'espace disque à partir des systèmes de fichiers existants

Les systèmes de fichier existants que Red Hat Enterprise Linux a détecté sont énumérés dans un tableau dans le cadre de leur disque respectif. La colonne Espace récupéré indique l'espace pouvant être réattribué à cette installation. La colonne Action indique les actions qui seront entreprises avec le système de fichiers pour récupérer de l'espace.
Vous trouverez quatre boutons en dessous du tableau :
  • Conserver – laisse le système de fichiers intact ; aucune donnée ne sera supprimée. Cette action est définie par défaut.
  • Supprimer – supprime le système de fichiers dans sa totalité. Tout l'espace qu'il occupe sur le disque sera rendu disponible pour l'installation.
  • Réduire – récupère de l'espace libre à partir du système de fichiers et le rend disponible pour cette installation. Utilisez le curseur pour définir une nouvelle taille pour la partition sélectionnée. Cette option peut uniquement être utilisée sur des partitions redimensionnables où LVM et RAID ne sont pas utilisées.
  • Tout supprimer/Tout préserver – ce bouton, situé sur la droite, marque tous les systèmes de fichiers pour la suppression par défaut. Cliquer dessus permet de modifier l'étiquette et de marquer tous les systèmes de fichiers à conserver à nouveau.
Sélectionnez un système de fichiers ou un disque entier à partir du tableau avec votre souris et cliquez sur l'un des boutons. L'étiquette dans la colonne Action se modifiera pour correspondre à votre sélection et la quantité d'espace total sélectionné à récupérer apparaissant sous le tableau s'ajustera en conséquence. La quantité d'espace que l'installation nécessite d'après les paquets que vous avez sélectionnés pour l'installation se trouve en dessous de cette valeur.
Une fois que suffisamment d'espace a été récupéré pour que l'installation continue, le bouton Récupérer de l'espace deviendra disponible. Cliquez sur ce bouton pour retourner à l'écran du Sommaire d'Installation et poursuivre l'installation.

6.10.4. Partitionnement manuel

L'écran de Partitionnement manuel s'affiche lorsque vous cliquez sur Terminé à partir de la « Destination d'installation » si vous avez sélectionné l'option Je vais configurer le partitionnement. Sur cet écran, vous pourrez configurer vos partitions de disque et points de montage. Ceci définit le système de fichiers sur lequel Red Hat Enterprise Linux 7 sera installé.

Avertissement

Red Hat recommande de toujours sauvegarder toutes les données que vous possédez sur vos systèmes. Par exemple, si vous créez ou mettez à niveau un système à double démarrage, vous devriez sauvegarder toutes les données que vous souhaitez conserver sur vos périphériques de stockage. Des circonstances imprévues pourraient provoquer la perte de toutes vos données.
L'écran de partitionnement manuel

Figure 6.23. L'écran de partitionnement manuel

L'écran Partitionnement manuel présente tout d'abord un volet unique sur la gauche pour les points de montage. Le volet est soit vide, à l'exception des informations sur la création de points de montage, ou il affiche des points de montage existants détectés par le programme d'installation. Ces points de montage sont organisés par installations de systèmes d'exploitation détectés. Ainsi, certains systèmes de fichiers peuvent s'afficher plusieurs fois si une partition est partagée entre plusieurs installations. L'espace total et l'espace disponible sur les périphériques de stockage sélectionnés s'affichent en dessous du volet.
Si votre système contient des systèmes de fichiers existants, assurez-vous d'avoir suffisamment d'espace disponible pour l'installation. Utilisez le bouton - pour supprimer les partitions inutiles.

Note

Pour obtenir des recommandations et autres informations supplémentaires sur les partitions de disques, veuillez consulter l'Annexe A, Introduction aux partitions de disque et la Section 6.10.4.5, « Schéma de partitionnement recommandé ». Au grand minimum, vous aurez besoin d'une partition root de taille adéquate, et d'une partition swap correspondant à la quantité de mémoire vive dont dispose le système.

6.10.4.1. Ajouter des systèmes de fichiers et configurer des partitions

Une installation de Red Hat Enterprise Linux 7 nécessite un minimum d'une partition, mais Red Hat en recommande au moins quatre : /, / home, / boot et échange. Vous pouvez aussi créer des partitions supplémentaires, selon vos besoins. Voir la Section 6.10.4.5, « Schéma de partitionnement recommandé » pour plus de détails.
L'ajout d'un système de fichiers s'effectue en deux étapes. Commencez par créer un point de montage dans un certain schéma de partitionnement. Le point de montage apparaît dans le volet gauche. Vous pouvez ensuite le personnaliser avec les options situées dans le volet droit, où vous pouvez choisir un nom, type de périphérique, type de système de fichiers, étiquette et le choix d'un chiffrage ou reformatage de la partition correspondante.
Si vous ne possédez pas de système de fichiers existant et souhaitez que le programme d'installation crée pour vous les partitions requises et leurs points de montage, sélectionnez votre schéma de partitionnement de prédilection à partir du menu déroulant dans le volet gauche (la valeur par défaut pour Red Hat Enterprise Linux est LVM), puis cliquez sur le lien en haut du volet pour créer des points de montage automatiquement. Cela créera une partition /boot, une partition / (root) et une partition swap proportionnelles à la taille du stockage disponible. Ces dernières sont les partitions recommandées pour une installation typique mais des partitions supplémentaires peuvent être ajoutées si nécessaire.
Vous pouvez également créer des points de montage individuels en utilisant le bouton + en bas du volet. La boîte de dialogue Ajouter un nouveau point de montage s'ouvrira. Vous pouvez choisir de sélectionner un chemin d'accès prédéfini à partir du menu déroulant Point de montage ou d'en définir un vous-même (sélectionnez par exemple / pour la partition root ou /boot pour la partition boot). Saisissez ensuite la taille de la partition en utilisant des unités de mesure courantes telles que les méga-octets, giga-octets ou téra-octets dans la boîte de dialogue Capacité désirée (saisissez par exemple 2Go pour créer une partition de 2 giga-octets). Si vous laissez le champ vide ou si vous spécifiez une taille supérieure à l'espace disponible, tout l'espace libre sera utilisé. Après avoir saisi ces informations, cliquez sur le bouton Ajouter un point de montage pour créer une partition.
Pour chaque nouveau point de montage que vous créez manuellement, vous pouvez paramétrer son schéma de partitionnement à partir du menu déroulant situé dans le volet gauche. Les options disponibles sont Partition standard, BTRFS, LVM et Allocation dynamique LVM. Veuillez noter que la partition /boot se situera toujours sur une partition standard, indépendamment de la valeur sélectionnée dans ce menu.
Pour modifier les périphériques sur lesquels un point de montage non LVM unique doit être situé, sélectionnez le point de montage et cliquez sur le bouton de configuration en bas du volet pour ouvrir la boîte de dialogue Configurer un point de montage. Sélectionnez un ou plusieurs périphériques et cliquez sur Sélectionner. Après la fermeture de la boîte de dialogue, veuillez noter qu'il vous faudra également confirmer ce paramètre en cliquant sur le bouton Mettre à jour les paramètres situé à droite de l'écran Partitionnement manuel.
Configurer les points de montage

Figure 6.24. Configurer les points de montage

Pour actualiser les informations sur tous les disques locaux et les partitions se trouvant dessus, veuillez cliquez sur le bouton « Scanner à nouveau » (avec une icône de flèche) dans la barre d'outils. Vous aurez besoin d'effectuer cette action uniquement après avoir effectué la configuration de partition avancée hors du programme d'installation. Veuillez noter que si vous cliquez sur le bouton Scanner à nouveau les disques, tous les changements de la configuration apportés au programme d'installation seront perdus.
Scanner les disques à nouveau

Figure 6.25. Scanner les disques à nouveau

Au bas de l'écran, un lien fait état du nombre de périphériques de stockage sélectionnés dans Destination de l'installation (veuillez consulter la Section 6.10, « Destination de l'installation »). Cliquer sur ce lien ouvre la boîte de dialogue Disques sélectionnés, dans laquelle vous pouvez examiner les informations sur les disques. Pour obtenir des informations supplémentaires, veuillez consulter la Section 6.10.1, « Installation du chargeur de démarrage ».
Pour personnaliser une partition ou un volume, sélectionnez son point de montage à partir du volet gauche pour faire apparaître sur la droite les fonctionnalités personnalisables suivantes :
Personnaliser les partitions

Figure 6.26. Personnaliser les partitions

  • Nom – attribuez un nom à un volume LVM ou Btrfs. Veuillez noter que les noms des partitions standard sont générés automatiquement lors de leur création et qu'ils ne peuvent pas être modifiés, tel que /home, dont le nom attribué est sda1.
  • Point de montage – saisissez le point de montage de la partition. Par exemple, si une partition doit correspondre à la partition racine (ou root), saisissez / ; saisissez /boot pour la partition /boot, et ainsi de suite. Pour une partition swap, le point de montage ne doit pas être configuré (configurer le type du système de fichiers sur swap est suffisant).
  • Étiquette – attribuez une étiquette à la partition. Les étiquettes sont utilisées pour que vous puissiez facilement reconnaître et utiliser des partitions individuelles.
  • Capacité souhaitée – saisissez la taille souhaitée de la partition. Vous pouvez utiliser des unités de taille communes telles que les kilo-octets, méga-octets, giga-octets ou téra-octets. Les méga-octets seront l'option par défaut si vous ne spécifiez pas l'unité.
  • Type de périphérique – choisissez entre Partition standard, BTRFS, LVM et Allocation dynamique LVM. Si deux disques ou plus ont été sélectionnés pour le partitionnement, RAID sera également disponible. Cochez la case Chiffrer adjacente pour chiffrer la partition. Il vous sera demandé de définir un mot de passe plus tard.
  • Système de fichiers – à partir du menu déroulant, sélectionnez le type de système de fichiers approprié pour cette partition. Cochez la case Reformater adjacente pour formater une partition existante, ou laissez-la vide pour conserver vos données.
Pour plus d'informations sur le système de fichiers et les types de périphériques, veuillez consulter la Section 6.10.4.1.1, « Types de systèmes de fichiers ».
Cliquez sur le bouton Mettre à jour les paramètres pour enregistrer vos modifications et sélectionner une autre partition à personnaliser. Veuillez noter que les modifications ne s'appliqueront que lors du démarrage de l'installation à partir de la page Sommaire de l'installation. Cliquez sur le bouton Tout réinitialiser pour annuler toutes les modifications apportées aux partitions et tout recommencer.
Lorsque tous les systèmes de fichier et points de montage ont été créés et personnalisés, cliquez sur le bouton Terminé. Si vous choisissez de chiffrer un système de fichiers, il vous sera demandé de créer une phrase de passe. Une boîte de dialogue apparaîtra ensuite affichant un sommaire de toutes les actions de stockage que le programme d'installation effectuera. Cela comprend la création, le redimensionnement et la suppression de partitions et systèmes de fichier. Vous pouvez revoir toutes les modifications et cliquer sur Annuler et retourner au partitionnement personnalisé pour retourner en arrière. Pour confirmer le sommaire, cliquez sur Accepter les modifications pour retourner à la page Sommaire de l'installation. Pour partitionner d'autres périphériques, sélectionnez-les dans Destination de l'installation, retournez à l'écran Partitionnement manuel et suivez le même processus décrit dans cette section.
6.10.4.1.1. Types de systèmes de fichiers
Red Hat Enterprise Linux vous permet de créer différents types de périphériques et systèmes de fichiers. Vous trouverez ci-dessous une brève description des divers types de périphériques et systèmes de fichiers disponibles et de la façon dont ils peuvent être utilisés.

Type de périphériques

  • partition standard – Une partition standard peut contenir un système de fichiers ou espace swap, ou fournir un conteneur pour RAID logiciel ou un volume physique LVM.
  • volume logique (LVM) – La création d'une partition LVM génère automatiquement un volume logique LVM. LVM peut améliorer les performances lors de l'utilisation de disques physiques. Pour obtenir davantage d'informations sur la création de volumes logiques, veuillez consulter la Section 6.10.4.3, « Créer un volume logique LVM ». Pour obtenir davantage d'informations concernant LVM, veuillez consulter l'ouvrage Administration du gestionnaire de volumes logiques LVM de Red Hat Enterprise Linux 7.
  • Allocation dynamique LVM – Grâce à l'utilisation de l'allocation dynamique, il est possible de gérer un pool de stockage d'espace libre, aussi appelé un pool dynamique et qui peut être alloué à un nombre arbitraire de périphériques lorsque requis par des applications. Lorsque nécessaire, le pool peut être étendu de manière dynamique pour une allocation efficace en termes de coûts.
  • BTRFS – Btrfs est un système de fichiers offrant plusieurs fonctionnalités similaires à un périphérique. Btrfs est capable de s'adresser et de gérer plus de fichiers, des fichiers plus grands et des volumes plus grands que les systèmes de fichiers ext2, ext3 et ext4. Pour créer un volume Btrfs et lire davantage d'informations, veuillez consulter la Section 6.10.4.4, « Créer un sous-volume Btrfs ».
  • RAID logiciel – La création de deux partitions RAID logiciel ou plus vous permet de créer un périphérique RAID. Une partition RAID est assignée à chaque disque sur le système. Pour créer un périphérique RAID, veuillez consulter la Section 6.10.4.2, « Créer un RAID logiciel ». Pour obtenir des informations concernant RAID, veuillez consulter le Guide d'administration du stockage Red Hat Enterprise Linux 7.

Systèmes de fichiers

  • xfs – XFS est un système de fichiers à haute évolutivité et de haute performance qui prend en charge des systèmes de fichiers faisant jusqu'à 16 exaoctets (environ 16 millions de téraoctets), des fichiers faisant jusqu'à 8 exaoctets (environ 8 millions de téraoctets) et des structures de répertoires contenant des dizaines de millions d'entrées. XFS prend en charge la journalisation des métadonnées, qui permet un temps de récupération plus rapide après une panne. Le système de fichiers XFS peut aussi être défragmenté et redimensionné tout en restant monté et actif. Ce système de fichiers est sélectionné par défaut et est fortement recommandé. Pour obtenir des informations sur la manière de traduire des commandes courantes provenant du système de fichiers ext4 précédemment utilisé, veuillez consulter l'Annexe E, Tableau des références pour les commandes ext4 et XFS.
    La taille maximum prise en charge d'une partition XFS est de 500 To.
  • ext4 – Le système de fichiers ext4 est basé sur le système ext3, mais il comporte un certain nombre d'améliorations. Celles-ci incluent la prise en charge de fichiers et systèmes de fichiers de plus grande taille, une allocation de l'espace disque plus rapide et plus efficace, un nombre infini de sous-répertoires dans un répertoire, une vérification des systèmes de fichiers plus rapide, ainsi qu'une journalisation plus robuste.
    La taille maximale prise en charge par un système de fichiers dans Red Hat Enterprise Linux 7 s'élève actuellement à 50 To.
  • ext3 – Le système de fichiers ext3 est basé sur le système de fichiers ext2, mais il offre un avantage principal : la journalisation. L'utilisation d'un système de fichiers offrant la journalisation permet de réduire le temps de récupération d'un système de fichiers après une panne car il n'est plus nécessaire de vérifier la consistance des métadonnées en exécutant l'utilitaire fsck chaque fois qu'une panne se produit.
  • ext2 – Un système de fichiers ext2 prend en charge des types de fichiers Unix standards, y compris les fichiers, répertoires ou liens symboliques normaux. Il fournit la possibilité d'assigner de longs noms de fichiers, allant jusqu'à 255 caractères.
  • vfat – Le système de fichiers VFAT est un système de fichiers Linux compatible avec les noms de fichiers Microsoft Windows de grande taille sur le système de fichiers FAT.
  • swap – Les partitions swap sont utilisées pour prendre en charge la mémoire virtuelle. En d'autres termes, les données sont écrites sur une partition swap lorsqu'il n'y a pas suffisamment de RAM pour stocker les données traitées par votre système.
  • BIOS Boot – Partition de très petite taille requise pour démarrer un périphérique avec une table de partition GUID (GPT) sur un système BIOS. Pour obtenir plus de détails, veuillez consulter la Section 6.10.1, « Installation du chargeur de démarrage ».
  • Partition système EFI – Partition de petite taille requise pour démarrer un périphérique avec une table de partition GUID (GPT) sur un système UEFI. Pour obtenir plus de détails, veuillez consulter la Section 6.10.1, « Installation du chargeur de démarrage ».
Chaque système de fichiers possède différentes limites pour lui-même, mais aussi pour les fichiers individuels qu'il contient. Pour obtenir une liste des tailles maximales de systèmes de fichiers et de fichiers pouvant être pris en charge, veuillez consulter la page « Limites et capacités technologiques de Red Hat Enterprise Linux », disponible sur le Portail Client à l'adresse suivante : https://access.redhat.com/site/articles/rhel-limits.

6.10.4.2. Créer un RAID logiciel

Les RAID (« regroupements redondants de disques indépendants ») sont construits à partir de multiples périphériques de stockage ordonnés de manière à fournir une performance améliorée et dans certaines configurations, une meilleure tolérance vis-à-vis des erreurs. Veuillez trouver ci-dessous une description des différents types RAID.
Un périphérique RAID est créé en une étape et des disques sont ajoutés ou supprimés selon les besoins. Une partition RAID par disque est permise pour chaque périphérique, ainsi le nombre de disques disponibles au programme d'installation détermine les niveaux RAID qui vous sont disponibles.
Créer une partition RAID logiciel – le menu étendu Type de périphérique

Figure 6.27. Créer une partition RAID logiciel – le menu étendu Type de périphérique

Les options de configuration RAID sont uniquement visibles si vous avez sélectionné deux périphériques de stockage ou plus pour l'installation. Deux périphériques sont requis au minimum pour créer un périphérique RAID.
Pour créer un périphérique RAID :
  1. Créez un point de montage tel que décrit dans la Section 6.10.4.1, « Ajouter des systèmes de fichiers et configurer des partitions ». En configurant ce point de montage, vous configurez le périphérique RAID.
  2. Tout en laissant la partition sélectionnée dans le volet de gauche, sélectionnez le bouton de configuration sous le volet pour ouvrir la boîte de dialogue Configurer le point de montage. Sélectionnez les disques à inclure dans le périphérique RAID et cliquez sur Sélectionner.
  3. Cliquez sur le menu déroulant Type de périphérique et sélectionnez RAID.
  4. Cliquez sur le menu déroulant Système de fichiers et sélectionnez votre type de système de fichiers préféré (veuillez consulter la Section 6.10.4.1.1, « Types de systèmes de fichiers »).
  5. Cliquez sur le menu déroulant Niveau RAID et sélectionnez votre niveau RAID préféré.
    Les niveaux RAID disponibles sont :
    RAID0 – Performances optimisées (entrelacement)
    Distribue les données sur de multiples périphériques de stockage. Les RAID niveau 0 offrent souvent une performance améliorée par rapport aux partitions standard, et peuvent être utilisés pour combiner le stockage de multiples périphériques en un grand périphérique virtuel. Veuillez noter que les RAID niveau 0 n'offrent pas de redondance et que l'échec d'un seul périphérique dans la matrice détruira la matrice toute entière. RAID 0 requiert au moins deux partitions RAID.
    RAID1 – Redondance (miroir)
    Duplique les données sur un périphérique de stockage sur un ou plusieurs autres périphériques de stockage. Des périphériques supplémentaires dans la matrice permettent d'améliorer les niveaux de redondance. RAID 1 requiert au moins deux partitions RAID.
    RAID4 – Détection d'erreurs (parité)
    Distribue les données sur de multiples périphériques de stockage, mais n'utilise qu'un périphérique dans la matrice pour stocker les données de parité qui protègent la matrice au cas où l'un des périphériques de la matrice n'échouerait. Comme toutes les données de parité se trouvent sur un seul périphérique, l'accès à celui-ci crée un goulot d'étranglement au niveau des performances de la matrice. RAID 4 requiert au moins trois partitions RAID.
    RAID5 – Détection d'erreurs distribuée
    Distribue les données et données de parité sur de multiples périphériques de stockage. Les RAID niveau 5 offrent comme avantages de performance de distribuer les données sur de multiples périphériques, mais ne partagent pas le goulot d'étranglement des performances des RAID de niveau 4 car les données de parité sont distribuées au travers de la matrice. RAID 5 requiert au moins trois partitions RAID.
    RAID6 – Redondant
    Les RAID de niveau 6 sont similaires aux RAID 5, mais au lieu de ne stocker qu'un seul ensemble de données de parité, ils en stockent deux. RAID 6 requiert au moins quatre partitions RAID.
    RAID10 – Redondance (miroir) et Performances optimisées (entrelacement)
    Les RAID de niveau 10 sont des RAID imbriqués ou RAID hybrides. Les RAID de niveau 10 sont construits en distribuant les données sur des ensembles de périphériques de stockage en miroir. Par exemple, un RAID de niveau 10 construit à partir de quatre partitions RAID consiste en deux paires de partitions pour lesquelles une partition est le miroir de l'autre. Les données sont ensuite distribuées sur les deux paires de périphériques de stockage, comme pour un RAID de niveau 0. Les RAID de niveau 10 requièrent au moins quatre partitions RAID.
  6. Cliquez sur Mettre à jour les paramètres pour enregistrer vos modifications, puis continuez avec une autre partition ou cliquez sur Terminé pour retourner sur l'écran Sommaire de l'installation.
Si le nombre de disques inclus est inférieur à celui que le niveau RAID indiqué requiert, un message s'affichera en bas de la fenêtre vous informant du nombre de disques requis pour la configuration sélectionnée.

6.10.4.3. Créer un volume logique LVM

LVM (Logical Volume Management) présente un affichage simple et logique de l'espace de stockage physique sous-jacent, tel que les disques durs ou les LUN. Les partitions sur le stockage physique sont représentées en tant que volumes physiques pouvant être regroupés en groupe de volumes. Chaque groupe de volumes peut être divisé en multiples volumes logiques, où chacun de ceux-ci est analogue à une partition de disque standard. Ainsi, les volumes logiques LVM fonctionnent comme des partitions pouvant s'étendre sur de multiples disques physiques.
Pour en savoir plus sur LVM, veuillez consulter l'Annexe C, Comprendre LVM ou lire le Guide d'administration LVM Red Hat Enterprise Linux 7. Veuillez noter que la configuration LVM est uniquement disponible dans le programme d'installation graphique.

Important

La configuration de LVM n'est pas disponible pendant une installation en mode texte. Si vous avez besoin de créer une configuration LVM dès le début, appuyez sur Ctrl+Alt+F2 pour utiliser une console virtuelle différente, puis exécutez la commande lvm. Pour retourner à l'installation en mode texte, appuyez sur Ctrl+Alt+F1.
Configurer un volume logique

Figure 6.28. Configurer un volume logique

Créer un volume logique et l'ajouter à un groupe de volumes existant ou à un nouveau groupe de volumes :
  1. Créez un point de montage pour le volume LVM comme décrit dans la Section 6.10.4.1, « Ajouter des systèmes de fichiers et configurer des partitions ».
  2. Cliquez sur le menu déroulant Type de périphérique et sélectionnez LVM. Le menu déroulant Groupe de volumes apparaît et affiche le nom du nouveau groupe de volumes.
  3. Vous pouvez également cliquer sur le menu et sélectionner Créer un nouveau groupe de volumes ou cliquer sur Modifier pour configurer le nouveau groupe de volumes. L'option Créer un nouveau groupe de volumes et le bouton Modifier mènent tous deux à la boîte de dialogue Configurer le groupe de volumes, dans laquelle vous pouvez renommer le groupe de volumes et sélectionner les disques à inclure.
    Personnaliser un groupe de volumes LVM

    Figure 6.29. Personnaliser un groupe de volumes LVM

    Les niveaux RAID sont les mêmes que les périphériques RAID. Veuillez consulter la Section 6.10.4.2, « Créer un RAID logiciel » pour obtenir des informations supplémentaires. Vous pouvez aussi marquer le groupe de volume pour le chiffrer et définir sa politique de taille. Les options de politique disponibles sont :
    • Automatic – La taille du groupe de volumes est définie automatiquement de manière à être juste assez grande pour contenir les volumes logiques configurés. Ceci est optimal si vous n'avez pas besoin de libérer de l'espace dans le groupe de volumes.
    • As large as possible – Le groupe de volumes est créé avec sa taille maximale, peu importe la taille des volumes logiques qu'il contient. Ceci est optimal si vous envisagez de conserver la plupart de vos données sur LVM et au cas où vous auriez besoin d'augmenter la taille de certains volumes logiques, ou si vous avez besoin de créer des volumes logiques supplémentaires à l'intérieur de ce groupe de volumes.
    • Fixed – Cette option permet de définir la taille exacte d'un groupe de volumes. Tout volume logique configuré doit pouvoir être contenu dans cette taille fixe. Ceci est utile si vous savez exactement la taille que le groupe de volumes doit faire.
    Cliquez sur Enregistrer une fois le groupe configuré.
  4. Cliquez sur Mettre à jour les paramètres pour enregistrer vos modifications, puis continuez avec une autre partition ou cliquez sur Terminé pour retourner sur l'écran Sommaire de l'installation.

Avertissement

Le placement de la partition /boot sur un volume LVM n'est pas pris en charge.

6.10.4.4. Créer un sous-volume Btrfs

Btrfs est un type de système de fichiers, mais possède plusieurs fonctionnalités caractéristiques d'un périphérique de stockage. Btrfs est conçu pour rendre le système de fichiers plus tolérant face aux erreurs et pour faciliter leur détection et réparation lorsqu'elles surviennent. Btrfs utilise checksum pour s'assurer de la validité des données et des métadonnées, Btrfs conserve aussi des copies du système de fichiers qui peuvent être utilisées comme sauvegardes ou pour effectuer des réparations.
Pendant le partitionnement manuel, veuillez créer des sous-volumes Btrfs plutôt que des volumes Btrfs. Le programme d'installation créera automatiquement un volume Btrfs pour contenir ces sous-volumes. Les tailles rapportées pour chaque point de montage Btrfs dans le volet de gauche de l'écran Partitionnement manuel sont identiques car elles reflètent la taille totale du volume plutôt que celle de chaque sous-volume individuel.
Configurer un sous-volume Btrfs

Figure 6.30. Configurer un sous-volume Btrfs

Pour créer un sous-volume Btrfs :
  1. Créez un point de montage tel que décrit dans la Section 6.10.4.1, « Ajouter des systèmes de fichiers et configurer des partitions ». En configurant ce point de montage, vous configurez le volume Btrfs.
  2. Cliquez sur le menu déroulant Type de périphérique et sélectionnez BTRFS. Le menu déroulant Système de fichiers sera automatiquement grisé pour Btrfs. Le menu déroulant Volume apparaît et affiche le nom du nouveau volume.
  3. Vous pouvez également cliquer sur le menu et sélectionner Créer un nouveau volume ou cliquer sur Modifier pour configurer le nouveau volume. L'option Créer un nouveau volume et le bouton Modifier mènent tous deux à la boîte de dialogue Configurer le volume, dans laquelle vous pouvez renommer le sous-volume et y ajouter un niveau RAID.
    Personnaliser un volume Btrfs

    Figure 6.31. Personnaliser un volume Btrfs

    Les niveaux RAID disponibles sont :
    RAID0 (Performance)
    Distribue les données sur de multiples périphériques de stockage. Les RAID niveau 0 offrent souvent une performance améliorée par rapport aux partitions standard, et peuvent être utilisés pour combiner le stockage de multiples périphériques en un grand périphérique virtuel. Veuillez noter que les RAID niveau 0 n'offrent pas de redondance et que l'échec d'un seul périphérique dans la matrice détruira la matrice toute entière. Raid 0 requiert au moins deux partitions RAID.
    RAID1 (Redondance)
    Duplique les données sur un périphérique de stockage sur un ou plusieurs autres périphériques de stockage. Des périphériques supplémentaires dans la matrice permettent d'améliorer les niveaux de redondance. RAID 1 requiert au moins deux partitions RAID.
    RAID10 (Performance, Redondance)
    Combine RAID0 et RAID1 et offre ainsi de plus hautes performances et une meilleure redondance simultanément. Les données sont diffusées en matrices RAID1 fournissant la redondance (mise en miroir), ces matrices sont ensuite entrelacées (RAID0), offrant de meilleures performances (entrelacement). Au moins quatre partitions RAID sont requises.
    Vous pouvez aussi marquer le volume pour le chiffrer et définir sa politique de taille. Les options de politique disponibles sont :
    • Automatic – La taille du volume est définie automatiquement de manière à être juste assez grande pour contenir les sous-volumes configurés. Ceci est optimal si vous n'avez pas besoin de libérer de l'espace dans le volume.
    • As large as possible – Le volume est créé avec sa taille maximale, peu importe les sous-volumes qu'il contient. Ceci est optimal si vous envisagez de conserver la plupart de vos données sur Btrfs et au cas où vous auriez besoin d'augmenter la taille de certains sous-volumes, ou si vous avez besoin de créer des sous-volumes supplémentaires à l'intérieur de ce volume.
    • Fixed – Cette option permet de définir la taille exacte d'un volume. Tout sous-volume configuré doit pouvoir être contenu dans cette taille fixe. Ceci est utile si vous savez exactement la taille que le volume doit faire.
    Cliquez sur Enregistrer une fois le volume configuré.
  4. Cliquez sur Mettre à jour les paramètres pour enregistrer vos modifications, puis continuez avec une autre partition ou cliquez sur Terminé pour retourner sur l'écran Sommaire de l'installation.
Si le nombre de disques inclus est inférieur à celui que le niveau RAID indiqué requiert, un message s'affichera en bas de la fenêtre vous informant du nombre de disques requis pour la configuration sélectionnée.

Avertissement

Le placement de la partition /boot sur un sous-volume Btrfs n'est pas pris en charge.