Red Hat Training

A Red Hat training course is available for Red Hat Enterprise Linux

9.4. autofs

Un inconvénient lié à l'utilisation de /etc/fstab fait que peu importe la fréquence à laquelle un utilisateur accède au système de fichiers NFS monté, le système doit dédier des ressources afin de garder le système de fichiers en place. Il ne s'agit pas d'un problème avec un ou deux montages, mais lorsque le système maintient les montages de nombreux systèmes à la fois, les performances générales du système peuvent être affectées. Une alternative à /etc/fstab consiste à utiliser l'utilitaire basé noyau automount. Automounter consiste en deux composants :
  • Un module de noyau qui implémente un système de fichiers, et
  • un démon de l'espace utilisateur qui effectue toutes les autres fonctions.
L'utilitaire automount peut monter et démonter des systèmes de fichiers NFS automatiquement (montage à la demande), et permet donc d'économiser des ressources système. Il peut être utilisé pour monter d'autres systèmes de fichiers, y compris AFS, SMBFS, CIFS, et des systèmes de fichiers locaux.

Important

Le paquet nfs-utils fait désormais partie des groupes « NFS file server » et « Network File System Client ». Ainsi, il n'est plus installé par défaut avec le groupe de base. Assurez-vous que nfs-utils soit installé sur le système avant de tenter un montage automatique sur un partage NFS.
autofs fait également partie du groupe « Network File System Client ».
autofs utilise /etc/auto.master (mappage principal) comme fichier de configuration principal. Ceci peut être changé afin d'utiliser une autre source réseau et un autre nom pris en charge en utilisant la configuration autofs (dans /etc/sysconfig/autofs) en conjonction avec le mécanisme NSS (« Name Service Switch »). Une instance du démon autofs version 4 était exécutée pour chaque point de montage configuré dans le mappage principal, lui permettant d'être exécutée manuellement à partir de la ligne de commande pour tout point de montage donné. Ceci n'est pas possible avec autofs version 5, car un seul démon est utilisé pour gérer tous les points de montage configurés dans le mappage principal. Ceci est effectué conformément aux conditions préalables des autres automounters (monteurs automatiques) standards du secteur. Les points de montage, noms d'hôte, répertoires exportés, et les options peuvent tous être spécifiés dans un ensemble de fichiers (ou autres sources réseau prises en charge) plutôt que de devoir les configurer manuellement pour chaque hôte.

9.4.1. Améliorations de autofs Version 5 par rapport à la Version 4

autofs version 5 offre les améliorations suivantes par rapport à la version 4 :
Prise en charge du mappage direct
Les mappages directs dans autofs offrent un mécanisme pour monter les systèmes de fichiers automatiquement sur des points arbitraires dans la hiérarchie du système de fichiers. Un mappage direct est indiqué par un point de montage /- dans le mappage principal. Les entrées dans un mappage direct contiennent un nom de chemin absolu comme clé (au lieu des noms de chemin relatifs utilisés pour les mappages indirects).
Prise en charge des montages et démontages « lazy »
Les entrées de mappage à multiples montages décrivent une hiérarchie de points de montage sous une clé unique. Un bon exemple de ceci est le mappage -hosts, couramment utilisé pour effectuer le montage automatique de tous les exports à partir d'un hôte sous /net/host en tant qu'entrée de mappage à multiples montages. Lors de l'utilisation du mappage -hosts, la commande ls de /net/host montera les montages de déclencheurs autofs de chaque export de l'hôte. Ceux-ci seront ensuite montés et expireront au fur et à mesure qu'on y accédera. Ceci peut grandement réduire le nombre de montages actifs nécessaires lors de l'accession à un serveur avec un grand nombre d'exports.
Prise en charge LDAP améliorée
Le fichier de configuration autofs (/etc/sysconfig/autofs) offre un mécanisme pour spécifier le schéma autofs implémenté par un site, éliminant ainsi le besoin de déterminer ceci intuitivement dans l'application. En outre, les liaisons authentifiées sur le serveur LDAP sont désormais prises en charge, en utilisant la plupart des mécanismes pris en charge par les implémentations de serveurs LDAP courantes. Un nouveau fichier de configuration a été ajouté pour cette prise en charge : /etc/autofs_ldap_auth.conf. La configuration par défaut explique bien les choses et utilise un format XML.
Utilisation correcte de la configuration « Name Service Switch » (nsswitch).
Le fichier de configuration du « Name Service Switch » existe pour fournir un moyen de déterminer d'où proviennent des données de configuration spécifiques. Le but de cette configuration est d'offrir aux administrateurs la flexibilité d'utiliser la base de données d'arrière-plan de leur choix, tout en conservant une interface logiciel uniforme pour accéder aux données. Malgré le fait qu'automounter version 4 gère de mieux en mieux la configuration NSS, celui-ci ne la gère pas totalement. En revanche, Autofs version 5 offre une implémentation totale.
Veuillez consulter man nsswitch.conf pour obtenir des informations supplémentaires sur la syntaxe prise en charge de ce fichier. Toutes les bases de données NSS ne sont pas des sources de mappage valides et l'analyseur rejettera celles qui ne sont pas valides. Les sources valides incluent les fichiers, yp, nis, nisplus, ldap, et hesiod.
Entrées multiples de mappage principal par point de montage autofs
Une chose fréquemment utilisée mais qui n'a pas encore été mentionnée est la gestion de multiples entrées de mappage principal pour le point de montage direct /-. Les clés de mappage de chaque entrée sont fusionnées et se comportent comme une seule carte.

Exemple 9.2. Entrées multiples de mappage principal par point de montage autofs

Ci-dessous figure un exemple des mappages de test connectathon pour les montages directs :
/- /tmp/auto_dcthon
/- /tmp/auto_test3_direct
/- /tmp/auto_test4_direct