39.3. Remplacer Red Hat Enterprise Linux par MS-DOS ou par d'anciennes versions de Microsoft Windows

Sous DOS et Windows vous pouvez utiliser l'utilitaire fdisk de Windows pour créer un nouveau bloc de démarrage principal /mbr avec la balise non documenté. Ainsi, SEUL le bloc de démarrage principal sera réécrit pour que le démarrage s'effectue sur la partition DOS principale. La commande doit ressembler à l'extrait ci-dessous :
fdisk /mbr
Si vous devez supprimer Linux d'un disque dur et avez essayé de le faire à l'aide de fdisk, l'utilitaire DOS (Windows) par défaut, vous serez confronté au problème des partitions qui existent sans exister. La meilleure façon de supprimer des partitions non-DOS consiste à utiliser un outil reconnaissant les partitions autres que DOS.
Pour commencer, insérez le DVD de Red Hat Enterprise Linux et démarrez votre système. Lorsqu'une invite de démarrage apparait, saisissez : linux rescue. Ceci démarre le programme du mode de secours.
Le système demandera alors des informations sur les prérequis en matière de clavier et de langue. Fournissez ces valeurs de la même manière que vous le feriez lors de l'installation de Red Hat Enterprise Linux.
Un écran apparaîtra ensuite, signalant que le programme va essayer de trouver une installation de Red Hat Enterprise Linux à secourir. Sur cet écran, sélectionnez Ignorer.
Après avoir choisi Ignorer, une invite de commande apparaît grâce à laquelle vous pourrez avoir accès aux partitions que vous souhaitez supprimer.
Saisissez tout d'abord la commande list-harddrives. Cette dernière renverra une liste de tous les disques durs de votre système que le programme d'installation peut identifier, ainsi que leur taille en méga-octets.

Avertissement

Faites attention à ne supprimer que les partitions Red Hat Enterprise Linux nécessaires. La suppression d'autres partitions pourrait provoquer la perte de données ou la corruption d'un environnement système.
Pour supprimer des partitions, utilisez l'outil de partitionnement parted. Lancez parted comme dans l'exemple suivant, où /dev/hda correspond au périphérique sur lequel la partition doit être supprimée :
parted /dev/hda
À l'aide de la commande print, affichez la table actuelle des partitions afin de déterminer le numéro mineur de la partition à supprimer :
print
La commande print affiche aussi le type de la partition (tel que linux-swap, ext2, ext3, ext4, etc.). Connaître le type de la partition vous aidera à déterminer si celle-ci doit être supprimée ou non.
Supprimez la partition à l'aide de la commande rm. Par exemple, pour supprimer la partition portant le numéro mineur 3, saisissez la commande suivante :
rm 3

Important

Les modifications sont mises en oeuvre dès que vous appuyez sur la touche [Entrée]. Il est donc fortement recommandé de minutieusement passer en revue la commande avant de l'exécuter.
Après avoir supprimé la partition, utilisez la commande print pour obtenir confirmation qu'elle a bien été retirée de la table de partitions.
Une fois que les partitions Linux ont été supprimées et que toutes les modifications nécessaires ont été apportées, saisissez quit pour quitter l'utilitaire parted.
Après avoir quitté parted, saisissez exit à l'invite boot afin de sortir du mode de secours et redémarrer le système au lieu de poursuivre l'installation. Le système devrait redémarrer automatiquement. Dans le cas contraire, il est possible de redémarrer l'ordinateur en utilisant Ctrl+Alt+Suppr.